jeudi, décembre 8, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLes intrigues des agents du VEVAK contre les opposants iraniens au camp...

Les intrigues des agents du VEVAK contre les opposants iraniens au camp Liberty

 Les intrigues des agents du VEVAK contre les opposants iraniens au camp Liberty

Le 10 septembre au matin, plus de 20 mercenaires de ministère du Renseignement du régime Iranien (VEVAK) et de la Force terroriste Qods ont été envoyés au camp Liberty, en prétendant être « des parents d’habitants. » Ces mercenaires ont été transférés en minibus vers le poste de police de l’entrée du camp Liberty par l’ambassade du régime iranien à Bagdad et le Comité gouvernemental qui est chargé de réprimer les membres de l’organisation des Moudjahidines du peuple iranien (OMPI) dans le camp Liberty.

Ce comité est sous la responsabilité de Faleh Fayyad, conseiller irakien en Sécurité nationale. Une fois arrivés, ils ont commencé à scander des slogans menaçants aux habitants et à prendre des photos et des vidéos et ont jeté des pierres.

C’est la deuxième fois cette semaine que ces mercenaires ont été envoyés au camp Liberty. Ils ont passé toute la journée du lundi 7 septembre à scander des slogans et à menacer les habitants depuis l’extérieur du camp.

Ces agents n’auraient pas pu passer les différents points de contrôle présents sur leur route vers le camp Liberty sans une coordination préalable avec les instances de sécurité irakiennes. Les agissements du régime prouvent ses intentions de provoquer un autre bain de sang au camp Liberty.

De même, dans les années 2010-2011, les mercenaires du régime iranien ont été placés près du camp d’Achraf pendant 23 mois, également présentés comme des familles des habitants, et torturaient psychologiquement les habitants à l’aide 320 haut-parleurs, de manière continuelle, toute la journée.

En réponse aux craintes des habitants du camp d’Achraf, de revivre un épisode de torture psychologique dans le camp Liberty, le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Irak, leur a assuré, dans une lettre officielle datée du 15 Février 2012, qu’aucune force étrangère ne se rendrait au camp.

Le 15 octobre 2012, le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général pour l’Irak a écrit, en réponse à une lettre des représentants des habitants de Liberty, qu' »ils [les responsables irakiens] niaient catégoriquement le transfert de mercenaires du régime vers le camp… De plus, je peux vous assurer avec une certitude absolue que l’UNAMI ne transporte jamais personne au camp Liberty sous quelque forme que ce soit. »

M. Struan Stevenson, dans un communiqué datant du 7 septembre 2015, a déclaré : « en tant qu’ancien Président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak, j’avais soulevé cette question (de la présence des agents du VEVAK aux portes du camp d’Achraf) auprès des Nations Unies et des responsables américains à Bagdad, Bruxelles et Erbil et j’avais également abordé la question lors de nombreux appels téléphoniques et dans plusieurs lettres. On m’a assuré à plusieurs reprises que si les habitants libéraient Achraf et étaient transférés au camp Liberty, ces activités agressives cesseraient. En effet, le Mémorandum d’entente (MOU) signé par le Représentant spécial des Nations Unies et le Gouvernement irakien, avec la pleine approbation des Etats-Unis et de l’UE, garantit précisément la protection des réfugiés camp Liberty et la fin de toutes ces démarches agressives ».

Mehran Karimdadi est chargé de gérer les agents qui ont été transférés au camp Liberty cette semaine. Il s’était rendu auparavant à l’OMPI avec certains membres de sa famille. Début 2003, il a quitté l’Irak et a rejoint le régime. Il s’est mis au service du VEVAK. Il a participé à des dizaines d’émissions télévisées du régime de Téhéran contre l’OMPI.

Ce mercenaire travaille aux couleurs du VEVAK, de l' »Association Nejat » et la « Fondation Habilian » à Mashhad. Il effectue les tâches que lui ont données les branches du VEVAK à Ispahan et dans les provinces de l’Azerbaïdjan occidental, à savoir : identifier, harceler et persécuter les militants de l’OMPI.

Il faisait partie des personnes clés, qui ont participé à la manœuvre du régime consistant à torturer psychologiquement les habitants d’Achraf. Il a amené des groupes de mercenaires à Achraf, y compris en décembre 2010 et en novembre-décembre 2011, et a à répondu à plusieurs interviews des médias du régime. Des photos et des vidéos de ces interviews sont disponibles.

Il s’est rendu au camp d’Achraf le 26 décembre 2010. Au même moment a eu lieu une attaque criminelle par les forces irakiennes sur l’hôpital du camp, qui a blessé de nombreux habitants et qui a mené à l’occupation de l’hôpital. Il a participé à une réunion contre les habitants d’Achraf le 19 novembre 2011, qui a été organisée par le régime iranien et Nouri Maliki à Bagdad.

La Résistance iranienne a exposé la coopération de ce mercenaire avec le régime à plusieurs reprises. La chaîne de télévision Simay-e-Azadi dans l’épisode 29 de son programme « Parvandeh » intitulé « les mercenaires du VEVAK dans diverses provinces », diffusée le 21 août 2006, a identifié Mehran Karimdadi comme l’un des agents les plus importants du VEVAK dans la province de Khorasan.

Dans un autre programme intitulé « le gang criminel d’Habilian » diffusé par Simay-e-Azadi le 7 janvier 2008, il a été déclaré que « Mehran Karimdadi est le mercenaire qui, au début de la guerre entre les Etats-Unis et l’Irak, a fui la lutte contre le régime des mollahs et a immédiatement été recruté par les mollahs. Il est devenu un mercenaire du régime à Mashhad et dans la province de Khorasan… ». Simay-e-Azadi avait dévoilé à plusieurs reprises ses activités pour le compte des mollahs au camp d’Achraf en 2010 et 2011.

La Résistance iranienne souligne les engagements répétés et écrits de l’Organisation des Nations Unies et du gouvernement des Etats-Unis, concernant la sécurité et le bien-être des habitants de Liberty, et demande des mesures immédiates pour mettre fin à la torture psychologique des habitants infiltrés par des prétendus « membres de leur famille » et à éloigner les éléments du régime iranien du camp qui sont là, sous quelque prétexte que ce soit.

Secretariat of the National Council of Resistance of Iran
10 septembre 2015

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe