vendredi, décembre 2, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLes allégations mensongères des mollahs sur la découverte de fosses communes et...

Les allégations mensongères des mollahs sur la découverte de fosses communes et d’accrochages à Achraf

 

CNRI – La télévision des mollahs ainsi que l’agence de presse FARS, affilié aux Gardiens de la révolution, se sont lancés dans une nouvelle opération de diffamation à l’encontre des résidents d’Achraf. Citant un certain Odey Khedrane, le préfet de Khalis et membre de la force terroriste Qods en Irak, les médias du régime ont annoncé le 16 mars : « Un grand nombre de cadavres ont été découverts dans des fosses situées à 45 km au nord ouest de Khalis. » Dans leur empressement calomnieux,  le régime et ses supplétifs ont oublié qu’Achraf n’est qu’à 20 km de Khalis.

Odey Khedrane a une nouvelle fois prétendue qu’une plaque mémorial portant l’inscription des noms des dirigeants d’Al-Qaïda et de l’ancien régime irakien aurait été trouvée à Achraf. Pour soutenir leurs mensonges, les mollahs ont recours à une autre contrevérité consistant à faire croire qu’avec le transfert de deux groupes de résidents vers Liberty, de nouvelles zones d’Achraf seraient tombées sous contrôle de leurs agents.
Quelques jours après l’attaque criminelle de juillet 2009 contre Achraf, les agents du régime avaient prétendu qu’« une fosse commune avec les cadavres (des victimes) koweïtiens a été découverte à Achraf. » (Les médias du régime, 2 août 2009). Cette information a été immédiatement démentie par le gouvernement koweïtien, le scandale a obligé le ministère des affaires étrangères irakien à faire de même (5 août 2009).
Dans le cimetière d’Achraf, qui porte le nom de Morvarid (perle), occupé par les forces irakiennes en avril 2011, se trouve une plaque commémorative avec l’inscription des noms de citoyens irakiens travaillant à Achraf,  assassinés le 29 mai 2006 lors de l’explosion de l’autobus qui les transportait à Achraf. Un attentat lâche survenu non loin de la ville de Khalis avec des bombes fournies par les pasdaran iranien et avec la collaboration d’Odey Khedrane.
Le fait de recourir à des supplétifs tel  que Odey Khedrane, ayant déjà trempé dans plusieurs crimes contre Achraf, montre par ailleurs que le régime est au bout du rouleau. Cet agent avait  été le premier à fabriquer la fable de la soit distante occupation des terres agricoles de la population locale par les résidents d’Achraf, cherchant à préparer le terrain à la tuerie de 2011.
En juin 2007, Odey Khedrane et d’autres agents du régime s’étaient attaqué à divers quartiers de Khalis, tuant un grand nombre de citoyens, notamment des patients hospitalisés dans les hôpitaux. Un policier qui avait tenté de les en empêcher, a lui-même été tué à bout portant. À la suite de cette campagne meurtrière, plus de 8000 habitants de la ville de Khalis ont dû fuir la ville en laissant leurs maisons et leurs biens. Lors de cette attaque cinq mosquées de la communauté sunnite ont également été pillée. Odey Khedrane est actuellement poursuivi par la justice irakienne pour ce crime. Il bénéficie Cependant de l’impunité en raison des directives « confidentielles et personnelles » du premier ministre irakien Nouri Maleki.
Par ailleurs, le régime des mollahs a répété un précédent mensonge selon lequel M. Nour-Mohamad Biranvand, membre des Moudjahidine du peuple, aurait été poignardé et tué à Achraf lors d’accrochages entre les résidents. Par ces calomnies le régime cherche à éclipser le blocus médical inhumain infligé aux résidents d’Achraf, entrainant à la mort de 12 résidents. Nour-Mohamad Biranvand est décédé le 8 mars 2012 après 23 ans de lutte contre le fascisme religieux au pouvoir en Iran, il souffrait d’hépatite et avait été privé de soins médicaux appropriés.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 19 mars 2012.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe