vendredi, décembre 2, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: NucléaireL'échec des mesures répressives régime pour contenir la contestation populaire

L’échec des mesures répressives régime pour contenir la contestation populaire

Soulèvement national – Achoura 8

CNRI – Les mesures répressives du régime pour contenir la contestation en prévision des cérémonies de Tassoua ont été mises en échec par la résistance courageuse de la population dans de nombreux quartiers de Téhéran. Les gardiens de la révolution et la milice du Bassij avaient mobilisé la plupart des forces de réserve. Ces forces avaient reçu la consigne d’arrêter les éléments dirigeants de tout les regroupements afin d’empêcher la propagation des manifestations dans les autres quartiers de la ville.

À Téhéran, les Gardiens de la révolution avaient également appelé en renfort la division Seyedol-Chohada basé à Karaj (nord de Téhéran), dirigé par le général Ali Fazli. Cette division devait apporter son concours aux pasdaran du bataillon Fatemeh-Zahra de la division Mohamad-Rassoulollah.  Ces forces s’étaient installées dans la caserne Hor, à proximité du siège du guide suprême Khamenei.

Lors d’une réunion, le commandant des forces de sécurité de l’État, Ahmadi Moghadam, avait appelé les Unités spéciales des pasdaran et la Garde spécial en renfort, afin de réprimer plus énergiquement les manifestations et s’était plaint du manque de fermeté les forces de l’ordre face aux manifestants.

Les commandants militaires cherchaient à empêcher la formation des noyaux de départ de manifestations dans les artères prévues par les manifestants. Ce plan, en dépit de la concentration des forces de l’ordre, a échoué et la population a réussi à se rassembler et démarrer les manifestions dans plusieurs endroits notamment sur la place Imam Hossein, la place Enghelab et le boulevard Vali-asr.

Le Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 26 décembre 2009

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe