mercredi, février 8, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: NucléaireLe régime des mollahs poursuit sa politique de chantage et de guerre

Le régime des mollahs poursuit sa politique de chantage et de guerre

Le régime des mollahs poursuit sa politique de chantage et de guerre face aux demandes de la communauté internationale

CNRI – A la veille de la réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU qui doit décider de la manière d’arrêter le projet atomique des mollahs, le journal gouvernemental Kayhan a publié un article dimanche intitulé “l’évolution de la stratégie nucléaire de l’Iran” dans lequel il déclare que « l’occident n’acceptera l’émergence d’un Iran nucléaire que s’il n’a pas d’autre choix et si l’Iran à la main haute dans la région pour traiter dans une position de force. Le dossier de l’Iran ne se résoudra pas par des négociations; il se résoudra plutôt dans les rues de Beyrouth et de Bagdad. »

Cet article, qui expose clairement la politique belliciste du régime, poursuit : « Les conservateurs ont pris le contrôle du gouvernement (l’an dernier) quand la stratégie de la confiance n’a rien donné (…) Face à de telles circonstances, les décideurs politiques de l’Etat ont senti que la poursuite de cette voie aurait des conséquences irréversibles et qu’il était nécessaire d’opérer un changement de politique. Le soutien intérieur des conservateurs d’une part et la main haute évidente de l’Iran dans la région et sur le continent d’autre part, ont créé les circonstances les plus mures pour permettre à la stratégie nucléaire du pays d’opérer une transformation. En Irak, en Afghanistan, sur le marché mondial du pétrole, au Liban, en Palestine, en Asie centrale et même en Amérique latine, la situation commence à se transformer en faveur de l’Iran de manière incroyable. C’est comme s’il n’y avait pas de fin aux erreurs des Etats-Unis. »

Le quotidien a ajouté : “Le dossier de l’Iran ne se résoudra pas à la table des négociations. Même si les négociations sont la seule méthode, ces événements montrent clairement que placer des espoirs dans la résolution de ce problème par le dialogue est d’une grande naïveté. »

Evoquant la poursuite de la politique de complaisance occidentale et le manque de fermeté face au régime, il écrit: “Ce dossier ne pourra se résoudre que si les autres parties comprennent que s’attaquer à l’Iran a un prix si élevé qu’il faut accepter un compromis douloureux, aussi amer soit-il. L’Occident n’acceptera l’émergence d’un Iran nucléaire que s’il n’a pas d’autre choix et si l’Iran a la main haute dans la région pour traiter d’une position de force. Le dossier de l’Iran ne se résoudra pas avec des négociations, il se résoudra dans les rues de Beyrouth et de Bagdad.”

Kayhan écrit : “Si nous recherchons une solution, nous ne devons pas sacrifier les avancées techniques pour rien. Nos diplomates doivent apprendre que c’est une erreur de suspendre le travail technique pour éviter une crise dans la sphère politique. L’art et le devoir d’un diplomate est de dire aux scientifiques nucléaires de faire leur travail pendant que lui s’occupe de la crise. » Ces propos montrent clairement l’esprit actif du régime pour dissimuler les projets nucléaires et tromper le monde, tout en appelant à nouveau à négocier.

Ainsi donc, à la veille de la réunion du Conseil de Sécurité, le guide suprême du régime, Ali Khameneï fait chanter la communauté internationale et menace d’attiser la crise en Irak et au Liban pour empêcher le conseil d’opter pour la fermeté. Il cherche à gagner du temps, pour compléter ses projets nucléaires afin que la communauté internationale soit mise devant un fait accompli.

La Résistance iranienne rappelle une fois de plus que la seule solution à la menace des mollahs armés de la bombe atomique, est d’ignorer la politique de menace et de chantage du régime et de lui imposer  immédiatement des sanctions globales.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 28 août 2006