mardi, février 7, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsLe nombre de décès dus aux coronavirus dépasse 1 300 en Iran

Le nombre de décès dus aux coronavirus dépasse 1 300 en Iran

Le nombre de décès dus aux coronavirus dépasse 1 300

Plus de 100 nouvelles victimes dans 18 villes
Le nombre de décès dus aux coronavirus dépasse 1 300
Après des semaines de mensonges, Rohani admet que le virus s’est propagé à toutes les provinces

Aujourd’hui, l’Organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI / MEK) a annoncé qu’au moins 100 autres malades ont perdu la vie à cause du coronavirus dans diverses villes, notamment à Machad, Téhéran, Kachan, Anzali, Qom, Racht, Arak, Ahwaz, Ispahan, Aran et Bidgol. En outre, d’autres personnes sont mortes à Semnan, Razan (Hamedan), Chahr-e Kord, Marivan, Bijar, Agh-Qala et Boukan.

Cela porte le nombre de décès à plus de 1 300 à ce jour. La gravité de la situation a incité les mollahs à déclarer, tardivement, l’état d’alerte rouge pour un certain nombre de provinces. Ils ont également annulé les prières du vendredi, les événements, les rassemblements, les conférences et les réunions et fermé les écoles et les universités. Par peur de la contamination, dans tout le pays, les séminaires religieux et même les « classes » de Khamenei ont été fermés. Les participations à des salons et expositions internationales ont été annulés

Après l’annulation de tous les voyages à l’étranger pour les organes gouvernementaux aujourd’hui et après des semaines de mensonges, Hassan Rohani, qui avait laissé entendre il y a une semaine que « la vie reviendrait à la normale » d’ici fin février 2020, a admis à contrecœur (il y a 4 jours) que « cette maladie s’est largement répandue dans presque toutes nos provinces ». Furieux de la révélation des chiffres réels des victimes, Rohani a déploré : « Ils donnent de faux chiffres, et ils prétendent que nous ne disons pas la vérité à la population.» Il a osé ajouter : « Dès le premier jour, dès que nous avons soupçonné que le virus était entré dans le pays, nous avons immédiatement demandé au ministère de la Santé d’informer le public sur les chiffres et de donner les informations pertinentes. Nous leur avons dit de ne rien cacher à la population. »

Alors que dans tous les autres pays, au moins 3 à 4 semaines avant qu’un décès ne soit signalé, la population avait été avertie de l’apparition du Coronavirus, sous le régime des mollahs, la nouvelle du virus n’a été rendue publique que lorsque les deux premières victimes ont perdu la vie à Qom.

La dissimulation criminelle et la diffusion de mensonges et de fausses informations ont non seulement contribué à la propagation rapide du virus en Iran, mais ont également transmis le virus à de nombreux autres pays.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI)
Le 4 mars 2020