jeudi, décembre 8, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsLe CNRI met en garde contre tout retard dans la...

Le CNRI met en garde contre tout retard dans la saisine du Conseil de Sécurité

l’AIEALe CNRI  condamne les  obstructions du lobby de Téhéran au Conseil des Gouverneurs de l’AIEA
Alors que le régime des mollahs a repris officiellement ses travaux au site de conversion de l’uranium d’Ispahan, il est d’une importance capitale de déférer son dossier au Conseil de Sécurité.

Le Conseil national de la Résistance iranienne condamne les obstructions faites par le lobby de Téhéran au Conseil des Gouverneurs de l’AIEA à cette fin. L’acquisition par la théocratie au pouvoir en Iran d’armes atomiques va à l’encontre des intérêts suprêmes du peuple iranien, de la paix et de la tranquillité dans la région et contre ces Etats qui défendent actuellement le régime.

Le régime des mollahs fait son maximum pour acquérir des armes atomiques. Tout retard pour imposer des sanctions rapproche de la catastrophe. Les négociations avec Téhéran  ne font que lui donner le temps dont il a besoin et ne le contrarie pas.

Avant que le CNRI ne tire la sonnette d’alarme sur le programme d’armes nucléaires de Téhéran, les mollahs ont caché pendant 18 ans leurs activités à la communauté internationale.  Le régime a profité au maximum des 22 mois de négociations avec la Troïka européenne pour enrichir de l’uranium, produire du plutonium, fabriquer le système de déclenchement de la bombe, le fuselage et les ogives pour la transporter.

Il a aussi construit au moins 4000 centrifugeuses pour les installer sur le site de Natanz. Il a terminé les installations sur le site d’Ispahan, qui était en phase préliminaire avant les négociations. Il a également gagné d’énormes capacités dans le domaine de l’enrichissement au laser à travers les sites de Lavizan 2 et Parchine.

Dans un projet parallèle, un travail intensif est mené sur le site d’eau lourde d’Arak pour obtenir suffisamment de plutonium à usage militaire. Le travail à Arak est mené en roulement d’équipes 24h/24 et ne fait pas partie des négociations avec l’UE3.  De cette manière Téhéran sera capable de produire assez de  plutonium en 2007, bien plus tôt que prévu par l’AIEA.

Par ailleurs, de l’acier Maraging, utilisé pour le fuselage des bombes et pour les centrifugeuses, a été importé en contrebande en Iran par des compagnies écrans.  Un projet pour produire de l’acier dans le pays se poursuit sans répit. Les Pasdarans travaillent dur également à la fabrication du mécanisme de déclenchement nucléaire.

Le régime des mollahs de son côté poursuit son jeu de dissimulation et de tromperie et refuse d’autoriser les inspecteurs de l’AIEA à pénétrer sur ces sites nucléaires. Alors que le CNRI a révélé le site Lavisan-1 en mars 2003, l’AIEA ne s’y est rendue que 15 mois plus tard, en juin 2004. Les mollahs avaient eu le temps de détruite le site et d’en transférer les équipements ailleurs. Alors que le site de Lavizan-2 et que l’enrichissement au laser sur ce site et celui de Parchine ont été dévoilés en novembre 2004, les inspecteurs de l’AIEA ne les ont toujours pas visités.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 11 août 2005

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe