mercredi, février 8, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsLe cadavre brûlé de la jeune manifestante Taraneh Moussavi retrouvé un mois...

Le cadavre brûlé de la jeune manifestante Taraneh Moussavi retrouvé un mois après son arrestation

CNRI-Un mois après l’arrestation de Mme Taraneh Moussavi par les forces du gouvernement, son cadavre à demi brûlé a été retrouvé à une location entre Karaj et Ghazvine (Nord-est de la capitale). Les agents du régime ont sommé les membres de sa famille de ne pas tenir de cérémonie à la mémoire de Taraneh et ne pas divulguer les circonstances de sa mort, sans quoi ils seraient confrontés à des représailles.

Mme Taraneh Moussavi, 28 ans, avait été arrêtée le 17 juin dernier dans la rue Chari'ati à Téhéran, durant le soulèvement national. Elle avait ensuite été emmenée par des agents en civil vers un centre secret de torture connu sous le nom de « maisons sûres ».
Deux semaines après son arrestation, sa mère a reçu un appel anonyme l’informant que Taraneh était soignée à un hôpital à Karadj. Mais quand elle s’y est rendue, les agents lui ont dit ne pas avoir de dossier à son nom. Toutefois un cadre hospitalier lui a fait savoir que les agents en civile avait apporté une jeune femme ayant les caractéristiques de Taraneh alors qu’elle était dans le commun, mais qu’on l’avait ramené dans la même condition.

Mme Sarvnaz Chitsaz, présidente de la Commission des Femmes du Conseil national de la Résistance iranienne, a condamné ce crime odieux et a rappelé que ce n’est pas la première fois que les tortionnaires du régime refusent de remettre le corps des victimes et essaient de camoufler leurs crimes sur des femmes souvent violées et martyrisée. Ce fut notamment le cas de la journaliste canadienne d’origine iranienne, Zahra Kazemi.

Mme Chitsaz a demandé instamment à l’ensemble des organisations des droits de l'homme, notamment le rapporteur spécial des Nations Unies sur la violence contre les femmes de prendre toutes les mesures possibles contre les crimes du régime à l’encontre des femmes et à appeler les gouvernements à suspendre leurs relations diplomatiques avec le régime misogyne des mollahs.

Commission des femmes du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 juillet 2009