jeudi, décembre 8, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsL’Assemblée générale des Nations unies condamne les vastes violations des droits de...

L’Assemblée générale des Nations unies condamne les vastes violations des droits de l’homme en Iran

 Maryam Radjavi demande à faire traduire les dirigeants du régime devant un tribunal international

Dans la soirée du 18 décembre, l'Assemblée générale de l’ONU a adopté une résolution condamnant les violations flagrantes des droits de l'homme en Iran. Ainsi, les tentatives hystériques du régime de passer un accord honteux et ignoble avec des gouvernements étrangers et des États affichant un mauvais bilan des droits de l'homme afin d’empêcher l'adoption de cette résolution ont abouti à un échec, alors que la communauté internationale a fait preuve d’unité contre le fascisme religieux au pouvoir en Iran.

Après l'adoption du texte de la résolution par le Troisième Comité de l'Assemblée générale de l’ONU, les mollahs avaient offert à des États du pétrole gratuit ou bon marché et divers contrats financiers et de soutien dans le but de les soudoyer pour approuver une contre-résolution visant à bloquer l'adoption à l'Assemblée générale de celle condamnant leurs violations en Iran. Toutefois, les révélations de la Résistance iranienne et la volonté de la communauté internationale de condamner ces crimes, ont fait échouer le stratagème. Ainsi, l'Assemblée générale de l’ONU a-t-elle adopté la 55ème résolution condamnant le régime pour ses violations flagrantes des droits de l'homme.

La résolution mentionne le rapport du Secrétaire général sur « les violations généralisées des droits de l'homme, les lacunes profonde et les obstacles sur la voie de la sauvegarde des droits de l'homme ». Elle exprime « sa profonde préoccupation face aux  graves violations des droits de l'homme » en Iran, comme « la torture et des peines ou châtiments cruels, inhumains ou dégradants, tels que la flagellation et l'amputation », « la poursuite d’un grand nombre d'exécutions, y compris les exécutions publiques et de mineurs » , « l'existence de prisonniers en attente d'être lapidés à mort » , « des arrestations et de violentes mesures de répression contre les femmes », « des menaces pour terroriser les femmes qui militent en faveur des droits humains, la poursuite de la discrimination contre les femmes et les filles dans la loi et dans la pratique », et « l'aggravation de la discrimination et d'autres violations des droits humains contre les minorités religieuses, ethniques, linguistiques et autres », «des graves restrictions  de la liberté d'opinion et d'expression, de réunion pacifique et d'association, et l'augmentation de harcèlement, d'intimidation et de persécution des opposants politiques et des défenseurs des droits humains de tous les secteurs de la société.

En outre, la résolution «demande une mise à jour par le Secrétaire général sur la situation des droits de l'homme en République islamique d'Iran » qui sera présentée à la prochaine session de l'Assemblée générale de l’ONU.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a adressé ses félicitations au peuple iranien et à tous les défenseurs des droits de l'homme dans le monde pour l'adoption de cette résolution.

« Au moment où le monde est témoin de l'exécution des mineurs et des prisonniers politiques sous la torture en Iran et des scènes horribles comme que le meurtre de 18 femmes dans les prisons, même si elle ne couvre qu'une fraction des crimes des mollahs, cette résolution montre clairement que le fascisme religieux n’accorde aucune valeur aux principes des droits de l'homme et aux conventions internationales. C’est pourquoi, il ne mérite pas de faire partie de la communauté internationale et doit être isolé. »

Avec cette nouvelle résolution, a-t-elle dit, il est grand temps de renvoyer le dossier du régime iranien devant le Conseil de sécurité des Nations unies et de traduire ses dirigeants devant un tribunal international pour violations flagrantes des droits de l'homme, dont plus de 120.000 exécutions politiques, et leur terrorisme à l'étranger. Les crimes du régime ces trente dernières années sont des crimes contre l'humanité.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 décembre 2008

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe