vendredi, janvier 27, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLa Résistance iranienne met en garde contre la dégradation de la santé...

La Résistance iranienne met en garde contre la dégradation de la santé d’un Achrafien

CNRI – La Résistance iranienne met en garde contre la dégradation de la santé de M. Akbar Shafeghat, résident d’Achraf, atteint d’un cancer, qui attend depuis plus de sept mois une radiothérapie. Elle demande une intervention urgente de l’ONU et des forces américaines pour faire lever le blocus médical inhumain d’Achraf. 

Les rendez-vous de radiothérapie de M. Shafeghat ont été annulés à maintes reprises sous de vains prétextes par Omar Khaled, directeur du centre de torture nommé « hôpital du nouvel Irak ».  lundi 28 mars, au bout de sept mois, il a enfin été envoyé dans un hôpital de Bagdad. Le spécialiste qui l’a ausculté a dit que dû au retard des soins, son état était critique et qu’il devait subir en l’espace de 30 jours, deux séances de radiothérapie.

Le cancer de M. Shafeghat, qui a été incarcéré sous la torture pendant 10 ans dans les prisons politiques des mollahs, s’est développé à cause du blocus médical de ces deux dernières années. Quand il a demandé ce qu’il en était de sa chimiothérapie à « l’hôpital du Nouvel Irak », ont lui répondu  que puisqu’il avait le cancer, il finirait par mourir et qu’il n’avait donc pas besoin de traitement.

Avant le transfert de la sécurité d’Achraf aux forces irakiennes, les Achrafiens assuraient à leurs propres frais leurs problèmes de santé en relation directe avec des centres médicaux irakiens.Mais depuis le début de 2009, les forces aux ordres de Maliki ont imposé un blocus médical inhumain à Achraf, entraînant en décembre 2010 la mort de deux Achrafiens.

Le 17 mars 2011, la justice espagnole dans une ordonnance a considéré la torture psychologique avec 240 haut-parleurs et le sévère blocus médical inhumain qui dure depuis deux ans, comme une grave violation de la 4e convention de Genève. La justice a cité à comparaitre Ali Yaseri et Sadegh Mohammad Kazem, respectivement président et directeur du comité chargé de la répression d’Achraf, le lieutenant colonel Nezar et le lieutenant Haydar Azab Mashi comme responsable de la répression d’Achraf et pour crimes contre la communauté internationale.

La Résistance iranienne tient pour responsable le gouvernement irakien et la personne de Nouri Maliki, pour tout dommage porté aux Achrafiens à cause de ce blocus inhumain et demande que les responsables de ces torts soient poursuivis en justice. La Résistance iranienne demande aussi au Secrétaire général de l’ONU, à son représentant spécial en Irak et à la MANUI, ainsi qu’à l’ambassadeur et aux forces des Etats-Unis en Irak d’intervenir de toute urgence pour faire lever ce blocus inhumain et garantir l’accès libre des Achrafiens aux soins médicaux.

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne
Le 29 mars 2011

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe