samedi, novembre 26, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafUn juge espagnol cite à comparaître 4 irakiens de plus pour une...

Un juge espagnol cite à comparaître 4 irakiens de plus pour une attaque contre des réfugiés iraniens

EFE (Espagne), 25 mars – Le juge Fernando Andreu de la cour nationale espagnole a inculpé deux soldats irakiens et deux représentants du gouvernement en Irak pour attaque armée contre un camp de réfugiés iranien en 2009. Ils ont tous été cités à comparaître pour faire une déposition le 31 mai. L’attaque, menée  le 28 juillet  2009, avait fait 11 morts.

Le juge espagnol a déclaré recevable l’élargissement de la plainte d’un dossier  précédent. La plainte avait été déposée par deux individus contre le général de corps d’Armée irakien Abdol Hossein Al Shemmari, que les plaignants accusent de onze meurtres, 36 détentions illégales, torture et blessures graves infligées à quelque 500 personnes.

Andreu, qui a déclaré le tribunal compétent pour enquêter sur ces événements après avoir demandé à l’Irak un rapport pour savoir si une enquête avait été lancée sur l’attaque, a convoqué le président et le directeur du comité gouvernemental de fermeture d’Achraf, respectivement Sadeq Ali al Yaseri et Mohammad Kazem, ainsi que le lieutenant colonel Nezar et le lieutenant Haydar Azab Mashi.

Le juge a adressé une lettre aux autorités irakiennes pour communiquer sa décision aux inculpés, les citant à comparaître pour déposer le 31 mai.

Il ne faut pas s’attendre à ce que les  accusés se présentent à l’audience, comme ce fut le cas d’Al Shemmari qui aurait dû comparaitre le 8 mars pour déposer en tant qu’inculpé.

Dans son ordonnance, le juge a aussi autorisé la requête des plaignants de faire comparaître comme témoin le représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la mission d’Assistance des Nations Unies pour l’Irak (MANUI) et responsable de l’agence, Ad Melkert.

La déclaration peut être présentée au tribunal de Madrid ou à un siège de l’ONU.
Selon les plaignants, l’attaque de l’armée irakienne s’est passée à 15h00 le 28 juillet 2009  et a continué jusqu’au lendemain ; elle a impliqué 2000 soldats sous le commandement du général Hossein Al Shemmari.

L’armée et la police étaient « équipés de Humvee blindés, de pelles, de fusils, de haches, de bâtons en bois et en métal, de chaines, de gaz à poivre et lacrymogène, de grenades soniques, de canons à eau et d’autres véhicules » et « ont lancé une attaque contre des civils non armés vivant au camp d’Achraf, tirant sans discrimination », selon la plainte.
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe