lundi, janvier 30, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsLa double tâche du CGR : répression en Iran et terrorisme à...

La double tâche du CGR : répression en Iran et terrorisme à l’étranger

VIIe partie – Par Reza Shafa

Les opérations du CGR dans les autres régions du monde

1. De 1981 à 1986, une unité spéciale de la force a été chargée de préparer l’assassinat du dirigeant de la Résistance iranienne, Massoud Radjavi, qui vivait alors en banlieue parisienne. Des dizaines de plans ont été élaborés par les Unités des opérations spéciales du CGR. Toutefois la Résistance iranienne les a tous neutralisés.

2. Bien que le CGR ait été lourdement impliqué dans la guerre de huit ans entre l’Iran et l’Irak, il n’a jamais abandonné l’idée de mettre en avant la tactique terroriste comme un complément de ses méthodes de guerre classique. À cette fin, le CGR a créé trois garnisons séparées :

• La garnison Ramadan pour la guérilla dans l’Irak voisin;

• La garnison Nasr pour la guérilla chez les voisins de l’Iran : la Turquie, le Pakistan et l’Afghanistan;

• La garnison Balal pour mener des opérations terroristes dans le reste du monde.

3. En janvier et février 1987, une série d’attentats a ensanglanté Paris. Une opération terroriste a échoué et deux personnes qui y étaient impliquées ont été pour l’une tuée et pour l’autre arrêtée. Le terroriste arrêté, Lotfi Bin Khala, a révélé que le ministre iranien du Renseignement (le VEVAK) de l’époque, Mohammad Mohammadi-Raychahri, qui dirige actuellement l’organisation de Haj et Oqaf, et Mohsen Rafiqdoust, alors ministre du CGR, avait été les cerveaux des attentats dans le but de donner l’avantage aux mollahs dans les négociations en cours avec les Français sur les otages au Liban.
 
4. En 1987, deux pilotes de l’armée de l’air iranienne, le colonel Heidari et le major Hassan Mansour étaient tués par un commando du CGR sous le commandement de l’actuel président Mahmoud Ahmadinejad. Les deux officiers venaient de fuir l’Iran.

5. Après la fin de la guerre Iran-Irak en 1988 et la mort de Khomeiny au printemps de 1989, les opérations terroristes du CGR se sont intensifiées.

En 1991, la Force Qods du CGR a été établie sur ordre du nouveau guide suprême des mollahs, Ali Khamenei. Il remplissait le vide du pouvoir laissé par la mort de Khomeiny. La nouvelle force que l’on supposait la plus puissante du CGR et spécialisée dans des opérations d’extraterritoriale a fait ce pourquoi elle a été faite et elle est restée fidèle à sa réputation.

Le premier commandant de la Force Qods a été le général Ahmad Vahidi ; un officier vétéran du CGR spécialisé dans les opérations terroristes comme les enlèvements de ressortissants étrangers au Liban, dans les années 1980. Le général Mohsen Reza’i dans une interview au quotidien officiel Kayhan du 21 octobre 1991 n’a pu cacher sa joie à propos de la création de la Force de Qods : "viendra le jour où les flammes de la haine et de la colère atteindront le coeur de Washington, ce dont les Etats-Unis seront responsables … Viendra le jour où les juifs, juste comme Salman Rushdie, ne pourront plus trouver d’endroit pour vivre."

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe