mercredi, décembre 7, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsL'état d'alerte rouge tardif dans la province d'Alborz entraine 120 morts

L’état d’alerte rouge tardif dans la province d’Alborz entraine 120 morts

L'état d'alerte rouge tardif dans la province d'Alborz entraine 120 morts

Plusieurs militants de l’OMPI, dont Negar Siyah Mortazavi, Moharamali Esmaeeli et Hassan Nayyeri sont parmi les victimes

Hier, le régime des mollahs a annoncé tardivement l’état d’alerte rouge en raison de l’épidémie du coronavirus dans la province d’Alborz. Akbar Saliminejad, chef du « Conseil islamique de Karadj », a demandé à la population de « rester chez elle et de s’abstenir de faire des trajets inutiles ainsi que d’assister à des rassemblements et des fêtes ».

L’Organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI/MEK) a annoncé que le bilan des décès dans la province d’Alborz s’élève à 120. Plusieurs membres des unités de résistance et des partisans de l’OMPI, qui avaient volé au secours des malades contaminés, figurent parmi les victimes, notamment Negar Siyah Mortazavi, Moharamali Esmaeeli, et Hassan Nayyeri dans les villes de Karadj et de Sorkh-e-Hessar.

Hier, Ali Mozzafari, le chef du pouvoir judiciaire de la ville de Qom, et le général de brigade Abdolreza Aghakhani, commandant des forces de sécurité de l’État de Qom, ont menacé de poursuites judiciaires tous ceux qui publient les chiffres réels des victimes du coronavirus. Il a déclaré qu’une infirmière avait été arrêtée pour avoir « fourni de faux chiffres sur le nombre de morts à Qom », et qu’un jeune religieux avait été arrêté pour avoir diffusé un clip du centre mortuaire de Qom. Aghakhani a ajouté : « La police d’Internet surveille de manière quotidienne et heure par heure les médias sociaux et la presse écrite dans la province. »

Khamenei a transformé la ville de Qom en un champ de bataille parce qu’il voulait assurer une participation élevée à l’anniversaire de la révolution du 11 février et à la farce électorale du 21 février. Le nombre de morts dans cette ville a maintenant dépassé les 500, les corps étant stockés dans des morgues. Néanmoins, les agents du régime continuent de menacer et d’intimider le public.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a déclaré à ce sujet : La population opprimée de Qom subit actuellement une calamité et des pressions multiples. Alors qu’aucun représentant du gouvernement n’ose visiter la ville et que des religieux l’ont fui, des médecins, des infirmières et du personnel médical honorables travaillent dans des conditions désastreuses. Les patients et les hôpitaux manquent des moyens minimums. Et maintenant, ils doivent tolérer les insultes, les insinuations, les menaces et les arrestations du régime des mollahs.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 10 mars 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe