mardi, décembre 5, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueKhamenei : dénuée de toute base dans la charia islamique, la Fête...

Khamenei : dénuée de toute base dans la charia islamique, la Fête du Feu cause beaucoup de préjudice

La Fête du Feu Maryam Radjavi : La fatwa non islamique et anti-iranienne illustre le désespoir du régime face au soulèvement national

CNRI – Dimanche 14 mars, deux jours avant la Fête du Feu en Iran, redoutant de voir l'événement se transformer en révolte nationale contre le régime, le guide suprême des mollahs, Ali Khamenei, en réponse à une question préfabriquée a affirmé que la Fête du Feu «est dénuée de toute base dans la charia et cause beaucoup de préjudices et de corruption, par conséquent, il serait bon de l'éviter.»

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a déclaré que la fatwa non islamique du guide suprême des mollahs qui est lui-même le premier ennemi de Dieu, de l'islam et des musulmans, révèle son caractère anti-iranien et son impuissance et l’incapacité du régime face au soulèvement national du peuple iranien. Alors que le peuple crie « les fusils, les chars et la milice ne servent plus à rien », sa fatwa n'aura aucun impact et va encourager la population à participer plus activement à la révolte de la Fête du Feu.

Mme Radjavi a ajouté que célébrer la Fête du Feu, le Nouvel An iranien (Nowrouz) et le 13e jour de l’An (Sizdeh Bedar) ainsi que d'autres fêtes nationales sont bien entendu contraires à la charia des mollahs en Iran, qui préconisent la violence, la guerre, la corruption, la pauvreté, l'ignorance et l'intolérance. Cette charia est haïe non seulement par le peuple iranien, mais aussi par les musulmans à travers le monde, a-t-elle affirmé.

Les propos de Khamenei visent à prévenir une révolte pour la Fête du Feu. Ils interviennent à un moment où les menaces et les intimidations des plus hautes autorités et responsables des forces de répression avec les soi-disant «opérations de découverte et de confiscation des matières combustibles », et leurs larmes de crocodile pour les « conséquences néfastes de la fête du feu pour les jeunes », n'ont pas réussi à dissuader les Iraniens, en particulier la jeunesse courageuse, à se soulever pendant ces festivités.

Le peuple iranien insurgé, en réaction ces mesures hystériques, prépare cette fête nationale avec une intensité sans précédent depuis deux semaines et élabore un soulèvement majeur pour l’occasion. Cette journée est devenue une circonstance symbolique pour exprimer sa colère et sa haine. Les explosions de pétards dans les rues du pays font monter l’inquiétude du régime.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 14 mars 2010