vendredi, décembre 2, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafIran : Un père arrêté pour la présence de son fils au...

Iran : Un père arrêté pour la présence de son fils au Camp d’Achraf

Zahrad Assadpour-Joshan et son fils Reza, emprisonnés pour avoirvu un parent à AchrafSa femme et son autre fils en prison depuis six mois

CNRI – M. Mohammad Salam Joshan, 52 ans, père d'un membre de l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), résidant au Camp d'Achraf, en Irak, a été arrêté le 24 mai dans la soirée, sur son lieu de travail à Sorkh-e-Hessar dans la ville de  Karadj, (banlieue ouest de Téhéran) et emmené à la prison d'Evine. Il a été inculpé de rébellion et d’atteinte à la sécurité nationale.

Sa femme, Zahra Assadpour Gorji (Joshan), 52 ans, et son fils, Reza, 25 ans, avait été arrêté la même semaine en décembre 2009 et mis à l’isolement dans la section 8 de la prison de Gohardacht à Karadj. Cette prison est sous le contrôle du ministère du Renseignement, le Vevak. Le régime exerce des pressions et la torture sur cette famille pour qu’elle force leur fils à quitter Achraf et à revenir en Iran. Mme Assadpour avait déjà été emprisonnée 16 mois pour avoir rendu visite avec sa fille Fatemeh à son fils à Achraf.

Mme Assadpour et son fils avait aussi été emprisonné pendant un an à la prison de Zandjan et envoyé en exil pendant plus de quatre ans à Qilar, un village près de Zandjan, pour avoir un proche à Achraf.

Les arrestations de parents de membres de l'OMPI résidant à Achraf se multiplient alors que le Vevak et la Force terroriste Qods, en collaboration avec le gouvernement et les forces armées d’Irak, ont rassemblé depuis quatre mois à la porte principale d'Achraf des agents sous couvert de liens de parenté avec des résidents du camp. Ils y pratiquent la torture psychologique des résidents d'Achraf et cherchent à y provoquer le chaos et le désordre dans le but de préparer le terrain à un massacre des habitants.

La Résistance iranienne appelle toutes les organisations des droits de l'homme, en particulier le Haut Commissariat aux droits de l'homme et les rapporteurs spéciaux et groupes de travail de l’ONU, à prendre des mesures urgentes pour enquêter sur la situation des prisonniers politiques en Iran et obtenir leur libération.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 28 mai 2010 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe