vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: FemmesIran : Sauvons les prisonnières du camp de la mort de Qartchak-Varamine

Iran : Sauvons les prisonnières du camp de la mort de Qartchak-Varamine

Un appel de la commission des Femmes du CNRI

CNRI – Mme Sarvnaz Chitsaz, présidente de la commission des Femmes du CNRI, a lancé une mise en garde sur le sort de prisonnières qui viennent d’être transférées au camp de la mort de Qartchak. Elle appelle le Secrétaire général des Nations Unies, la Haut commissaire aux droits de l’homme de l’ONU et d’autres instances concernées à une intervention immédiate pour sauver la vie des prisonniers politiques, notamment celle des femmes.

Lla semaine dernière, pour intensifier la pression sur les détenues politiques, les agents les ont transférées des prisons de Gohardacht et d’Evine au camp de la mort à Qartchak dans la région de Varamine, utilisé pour les prisonniers dangereux.

Plusieurs prisonnières transférées à Qartchak sont des parentes de martyrs de l’attaque du 8 avril contre le camp d’Achraf ou des proches d’autres Achrafiens. Parmi ces prisonnières figurent :

– Chabnam Madadzadeh, 25 ans, étudiante, condamnée à cinq ans de prison pour ses liens familiaux avec des membres de l’OMPI à Achraf. Sa sœur Mahdieh et son frère Ali-Akbar, ont été tués dans le massacre du 8 avril d’Achraf.
– Maryam Hadjilouï, 32 ans, dont le frère Massoud a été tué dans le massacre du 8 avril.
– Maryam Akbarzadeh, 32 ans, mère de trois enfants, arrêtée lors du soulèvement populaire en Iran et condamnée à 15 ans de prison. Quatre membres de sa famille sont à Achraf. Quatre de ses frères ont été exécutés dans les années 80 pour leur soutien à l’OMPI.
– Kobra Amirkhizi, 56 ans, a perdu un œil sous la torture et souffre d’insuffisance cardiaque aiguë. Cinq membres de sa famille, dont deux de ses enfants se trouvent à Achraf.
– Motaharreh Bahrami, 61 ans, parente d’Ahmad et Mohsen Danechvar, deux membres de l’OMPI qui résident à Achraf. Son époux et son fils ont été condamnés à mort pour « Moharebeh » (guerre contre Dieu).

Les conditions de détention au camp de la mort de Qartchak, surnommé « Kahrizak 2 », sont de tout point de vue affreusement pires qu’à Evine et Gohardacht. Ces prisonnières ont été transférées dans plusieurs bâtiments préfabriqués extrêmement sales, infectes, étrangers à toute forme d’hygiène. Les prisonnières y sont sous une pression extrême constante en raison du manque d’eau et des conditions générales sanitaires et médicales épouvantables. La nourriture se limite à un morceau de pain et un peu de fromage. L’utilisation des toilettes n’est autorisée qu’une seule fois par jour. Les autorités répondent à toute protestation par des insultes et des coups de matraque.

Commission des Femmes du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 12 mai 2011 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe