vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceUn rassemblement iranien à Bruxelles demande aux dirigeants de l'UE de reconnaître...

Un rassemblement iranien à Bruxelles demande aux dirigeants de l’UE de reconnaître la lutte du peuple iranien

Un rassemblement iranien à Bruxelles demande aux dirigeants de l'UE de reconnaître la lutte du peuple iranien

Alors que les dirigeants de l’UE organisaient un sommet à Bruxelles, la diaspora iranienne et les partisans de la Résistance iranienne en Belgique se sont rassemblés devant le siège de l’Union européenne ce matin, en soutien aux protestations nationales en Iran.

Les Iraniens ont demandé instamment à l’Union européenne d’inscrire l’ensemble du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) et le ministère du Renseignement et de la Sécurité (VEVAK) sur la liste des organisations terroristes de l’UE, d’expulser leurs agents et leurs collaborateurs de l’Union européenne et de révoquer leurs passeports.

Dans son message vidéo au rassemblement, Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a déclaré : «  Au 36e jour, le magnifique soulèvement iranien continue d’ébranler les piliers de la répression, des crimes et de l’injustice de Khamenei. Votre rassemblement d’aujourd’hui envoie maintenant un message puissant au monde entier. Le message du soulèvement iranien aux dirigeants des 27 États membres de l’Union européenne, actuellement réunis à Bruxelles, et à tous les dirigeants du monde est que l’ère des mollahs est terminée ». Elle a ajouté que « l’ère d’une politique internationale de l’Iran fondée sur l’engagement du régime théocratique est également terminée. Désormais, c’est le peuple iranien, le soulèvement iranien et la Résistance iranienne qui auront le dernier mot. Reconnaissez la lutte du peuple iranien pour renverser les mollahs. »

Le sommet des dirigeants de l’Union européenne, qui se tient les 20 et 21 octobre à Bruxelles, doit adopter la deuxième série de sanctions contre le régime théocratique. Le lundi 17 octobre, la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne a sanctionné 11 personnes et quatre institutions en réponse à la répression brutale par le régime des manifestations du peuple iranien.

Alors que les Iraniens présents à Bruxelles manifestaient leur solidarité avec les familles des prisonniers politiques et des manifestants détenus qui font un sit-in devant la prison d’Evine à Téhéran, ils ont exhorté les dirigeants européens à tenir le régime théocratique pour responsable du récent bain de sang dans les prisons iraniennes.

Le 15 octobre, des dizaines de personnes ont été tuées et blessées lors d’une attaque des unités spéciales des pasdaran dans la sinistre prison d’Evine. À la suite de ce massacre tragique, la prison de Ghezelhesar à Karaj a subi une attaque similaire. Avant cela, les gardiens de prison ont mis le feu à la prison de Lakan à Rasht, dans le nord de l’Iran, assassinant dix prisonniers.

Les Iraniens réunis sur la place Shuman devant le siège de l’UE ont également soutenu l’appel de Mme Maryam Radjavi à la communauté internationale d’envoyer une délégation dans les prisons pour enquêter.

S’adressant au rassemblement, Abolghassem Rezaee, le secrétaire adjoint du CNRI, qui a perdu six membres de sa famille pendant la dictature du Shah et des Mollahs, a déclaré : « Aujourd’hui, grâce aux efforts et à la persévérance des Unités de résistance, le régime n’a pas pu réduire au silence le peuple iranien, et exterminer les soulèvements. Malgré tous les crimes commis ces dernières semaines, le soulèvement se poursuit. » Il a ajouté : « Marquant le début de la sixième semaine du soulèvement, nous nous engageons à libérer le peuple iranien et à renverser le régime en place et nous n’aurons de cesse d’établir une république démocratique basée sur la séparation de la religion et de l’Etat. »

Dans son discours, M. Marc-Jean Ghyssels, membre du Parlement belge renommé, a salué les activités de la communauté irano-européenne en solidarité avec les manifestants en Iran. Il a également souligné le soutien des représentants du peuple européen au soulèvement du peuple iranien pour obtenir la liberté et la démocratie en Iran. Il a déclaré: « Les représentants du peuple belge seront avec vous et la Résistance iranienne jusqu’à la victoire du soulèvement du peuple iranien. »

M. Serge de Patoul, ancien député belge, était un autre orateur du rassemblement. Il a exprimé son soutien et sa solidarité avec le soulèvement du peuple iranien pour renverser la dictature religieuse de l’Iran.

Les partisans du CNRI en Belgique ont réitéré leur désir d’un Iran démocratique. Ils ont rejeté toute dictature en répétant le même slogan couramment utilisé par les manifestants en Iran, « Mort à l’oppresseur, qu’il s’agisse du Shah ou du Guide Suprême (Khamenei) ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe