vendredi, juin 2, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceL'ancien sous-secrétaire d'État appelle à un soutien maximal au peuple iranien

L’ancien sous-secrétaire d’État appelle à un soutien maximal au peuple iranien

L'ancien sous-secrétaire d'État appelle à un soutien maximal au peuple iranien

« Le moment est venu d’apporter un soutien maximal à ces hommes et femmes courageux qui luttent pour leur liberté et celle des générations futures dans une république d’Iran démocratique, laïque et non nucléaire », a déclaré l’ancienne sous-secrétaire d’État aux affaires mondiales, l’ambassadrice Paula Dobriansky, dans son allocution prononcée lors d’une conférence bipartisane au Sénat des États-Unis le 16 mars, organisée en solidarité avec le peuple iranien et ses aspirations démocratiques.

Vous trouverez ci-dessous des extraits du discours de l’ambassadrice Dobriansky, revus et corrigés pour plus de clarté.

Merci beaucoup. Norouz Mubarak à tous les Iraniens et Américains d’origine iranienne réunis ici aujourd’hui. J’espère que cette journée apportera santé, bonheur et prospérité à chacun d’entre vous, à vos familles et à vos proches. Je voudrais m’arrêter un instant sur la fête du Norouz, car nous y sommes. Le Norouz est célébré par les Iraniens depuis plus de 3 000 ans pour marquer l’arrivée du printemps. Et en 2009, saviez-vous que l’UNESCO a inscrit cette fête sur sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité et a noté qu’elle promeut des valeurs de paix et de solidarité entre les générations et au sein des familles, ainsi que la réconciliation et les relations de voisinage ?

Je tiens à consacrer mes propos d’aujourd’hui, en particulier aux femmes et aux filles d’Iran. Nous savons que le 16 septembre 2022, Mahsa Jina Amini, une Iranienne de 22 ans, aspirante avocate, rendait visite à son oncle à Téhéran. Au cours de cette visite, elle a été arrêtée par la soi-disant police des mœurs iranienne pour avoir prétendument porté son hijab d’une manière qui laissait apparaître une partie de ses cheveux. Nous savons qu’elle est décédée pendant sa détention. Des témoins de son arrestation décrivent qu’elle a été battue à maintes reprises et violemment par la police avant de tomber dans le coma.

La représentante des États-Unis auprès de l’UNESCO, l’ambassadrice Lisa Cardiff, est décédée. La représentante des États-Unis auprès de l’UNESCO, l’ambassadrice Lisa Cardi, a déclaré qu’elle avait été tuée pour le simple fait d’être une femme. Cela montre que le régime a supposé que la mort de Mahsa ne serait qu’une statistique de plus qui viendrait s’ajouter à l’horrible, au flagrant délit de violence à l’égard des femmes dont il s’est rendu coupable.

Aujourd’hui encore, la police des mœurs affirme qu’elle est morte d’un arrêt cardiaque. Mais le peuple iranien sait qu’il n’en est rien. Il sait que la kleptocratie au pouvoir est corrompue, tyrannique, violente et qu’elle ment.

Mais Mahsa n’est pas morte en vain. Son assassinat sauvage a donné lieu à des mois de manifestations populaires, sans relâche, menées par des femmes courageuses, dans les 31 provinces de l’Iran. Ces manifestations ont véritablement déclenché un soulèvement, une révolution. Leur bravoure à défier le régime a entraîné une réponse à glacer le sang de la part de la police qui, selon Amnesty International, a massacré des centaines de manifestants pacifiques, dont, dans ce mélange, environ 70 enfants. Je parie que ce chiffre est plus élevé.

Le département d’État a qualifié cette affaire de violence d’État à l’encontre des femmes, qui a une longue histoire. Pourtant, le meurtre violent de Mahsa a touché un nerf, un nerf dans la société iranienne, galvanisant un mouvement de protestation.

Nous savons que les manifestations ont fait rage et qu’elles continueront à faire rage. Ces âmes courageuses sont toujours dans les rues. Elles scandent « les femmes, la vie, la liberté ». Une révolution de la liberté est, en effet, en cours.

La semaine dernière. Il est tout à fait approprié d’aborder ce sujet et de choisir cet aspect aujourd’hui parce que le 8 mars, la semaine dernière, était la Journée internationale de la femme. Ce même mois, nous célébrons le Mois de l’histoire des femmes. Compte tenu de ces journées commémoratives, nous devons donc reconnaître et honorer les femmes et les jeunes filles courageuses d’Iran.

Amb. Paula Dobriansky supports a democratic, secular and non-nuclear Iranian Republic

Notre secrétaire d’État, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, a déclaré que les États-Unis étaient solidaires des femmes iraniennes qui ne se laissent pas abattre malgré la barbarie du régime des mollahs. Je tiens également à vous informer que le même jour, l’administration a annoncé, en coordination avec l’Union européenne, le Royaume-Uni et l’Australie, une série de nouvelles sanctions visant les forces de l’ordre iraniennes. En particulier, un certain nombre d’individus très spécifiques du système pénitentiaire iranien ont été ciblés pour les graves violations des Droits de l’Homme qu’ils commettent à l’encontre des femmes et des jeunes filles.

La violence continue contre les mères, les sœurs et les filles iraniennes devaient cesser. Cela doit cesser. Je ne sais pas si vous le savez, mais je tiens à rappeler que le Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC), qui compte 54 membres, a adopté une résolution visant à retirer l’Iran de la commission sur le statut des femmes. Cette résolution a été adoptée par un vote enregistré de 29 voix pour et 8 contre.

Les huit contre étaient la Bolivie, la Chine, le Kazakhstan, le Nicaragua, le Nigeria, Oman, la Russie et le Zimbabwe. Et 16 abstentions. Il convient également de noter qu’il y a deux ans, en octobre 2021, le Rapporteur spécial des Nations unies, Javaid Rehman, a présenté un rapport sur la situation des Droits de l’Homme en Iran. Dans son rapport, il a déclaré à l’assemblée générale des Nations unies que presque toutes les exécutions dans le pays constituaient une privation arbitraire de la vie. Il a également noté que les motifs d’imposition de la peine de mort en Iran sont très vagues et arbitraires, ce qui peut rapidement transformer cette peine en un châtiment et un outil politique.

Amnesty International a déclaré que le régime avait exécuté au moins 94 personnes au cours des seuls mois de février, janvier et février, dans un contexte d’horribles violences sexuelles et d’autres allégations de torture. Et cela est basé, encore une fois, sur de maigres informations. Mais il y a eu une augmentation notable des exécutions par rapport à la même période de l’année dernière. Ces derniers jours, nous savons également que d’innombrables rapports ont fait état de l’empoisonnement d’écolières iraniennes. De nombreuses organisations de défense des Droits de l’Homme ont également évoqué les manifestations en cours en Iran, notamment Freedom House. Elle a publié une déclaration qui a apparemment été rédigée par quelque 480 voix mondiales, et elles viennent toutes du monde entier.

Il y avait un certain nombre d’Américains, mais je vais mentionner les non-Américains. Il y avait l’ancien président du Costa Rica, Oscar Arius, le premier et l’ancien premier ministre du Canada, Brian Mulroney, ainsi que l’ancien secrétaire général des Nations unies, Banki Moon. Cette lettre spécifique appelle les gouvernements, tous les gouvernements au niveau international, à prendre des mesures diplomatiques, économiques et symboliques pour punir le régime et soutenir les manifestants. Le moment est venu d’apporter un soutien maximal à ces hommes et femmes courageux qui luttent pour leur liberté et celle des générations futures dans une république d’Iran démocratique, laïque et non nucléaire. Sachez que Mme Maryam Radjavi a également présenté un plan en dix points.

Et c’est un point sur lequel elle a été très cohérente depuis le tout début. Son plan en dix points appelle le peuple iranien à la liberté d’expression, à la liberté de réunion, à la liberté de religion et à la liberté de choisir ses propres dirigeants. Il est clair que le peuple iranien le souhaite et qu’il veut que ses droits fondamentaux soient protégés. Les manifestants iraniens ont donc lancé un mouvement qui mérite un soutien fort de la part de la communauté internationale. Leur courage, leur persévérance et leur détermination inébranlable apporteront le changement, le changement qu’ils souhaitent et le changement que nous souhaitons, que nous souhaitons depuis longtemps.

Alors que nous nous réunissons pour célébrer la nouvelle année, rappelons-nous la force et la conviction de tous les Iraniens épris de liberté et de tous ceux qui luttent pour leurs droits fondamentaux et la démocratie. Permettez-moi de conclure sur cette note en citant l’ancien poète persan Saadi Shirazi, qui a écrit un jour : « Dieu merci, l’agréable brise du Naurus est revenue et nous a libérés du froid ». C’est ce que nous recherchons. C’est ce que nous recherchons.