mardi, décembre 6, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceEn Iran, le peuple aura le dernier mot (Gerard Vespierre)

En Iran, le peuple aura le dernier mot (Gerard Vespierre)

En Iran, le peuple aura le dernier mot (Gerard Vespierre)

Sur l’invitation du Comité parlementaire pour un Iran démocratique, une réunion d’échanges s’est tenue le 12 janvier avec un groupe de parlementaires à l’Assemblée nationale française. Gerard Vespierre, analyste géopolitique, est intervenu lors de la réunion qui a passé en revue les activités et les acquis du comité dans la défense des droits humains et de la démocratie en Iran. Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, était la principale invitée à une table ronde avec les députés français, intitulée « Les soulèvements du peuple iranien et le rôle de la résistance ». La réunion a permis aux élus français de connaître l’analyse et les points de vue du Conseil national de la résistance iranienne sur les perspectives de changement en Iran.

Dans son intervention, Gerard Vespierre, chercheur associé à la Fondation d’Etude pour le Moyen-Orient (FEMO), a déclaré :

« En tant qu’humble commentateur, observateur et analyste, je peux observer à la fois l’Iran et le CPID. Le CPID, depuis 5 ans, a fait un travail exceptionnel dans son élargissement à de plus en plus de députés. Donc ça veut dire de plus en plus d’écoute, ça veut dire de plus en plus d’écho dans la représentation nationale, pour un jour donné un peu plus d’oxygène à la commission des Affaires étrangères…

Et, à après avoir évoqué le travail fantastique accompli ici, je parlerais de l’Iran en a trois considérations : la première, c’est la considération politique. Il faut savoir que dès que les Etats-Unis ont bloqué les exportations de pétrole iranien, l’ancien président du parlement iranien, Nategh Nouri, a déclaré, « le problème que nous avons n’est pas l’accord nucléaire, le problème que nous avons est de savoir combien de temps nous allons pouvoir rester au pouvoir ».

Donc, il faut que nous, ici, nous sachions que dans les plus hautes instances du régime iranien, ils savent que le tictac a déjà commencé et qu’on est au début de la fin.

Deuxièmement, deuxième strate, le religieux après le politique : l’un des grands prêcheurs du vendredi, l’ayatollah Javadi, à Machhad, a dit : le jour où le peuple se lèvera, nous, religieux, nous serons jetés à la mer… Donc, voyez-vous, aussi bien au niveau du politique que du religieux, il y a le même sentiment de réalisme et d’analyse.

Troisièmement, ce qui se passe au niveau du peuple ? Parce que, qu’on le veuille ou non, le peuple iranien aura le dernier mot. Ou bien il acceptera le régime en place, ou bien il le renversera. Et si on voit l’action de centaines d’unités de résistance qui, tous les jours, toutes les nuits, commettent des actes de résistance contre la représentation du régime. Il y a vraiment là un espoir dans le prochain soulèvement. Parce que les jeunes, comme il a été déjà souligné, sont au travail pour faire valoir leurs espoirs… »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe