jeudi, juin 20, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceLes députés britanniques appellent à une action décisive contre le régime iranien...

Les députés britanniques appellent à une action décisive contre le régime iranien et son terrorisme

Les députés britanniques appellent à une action décisive contre le régime iranien et son terrorismeLors d’une conférence organisée au Parlement britannique le mardi 7 mai, des experts et des représentants de la Chambre des communes et de la Chambre des Lords se sont réunis pour discuter de la menace terroriste posée par le régime iranien. Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a envoyé un message vidéo à la conférence.

Dans son message, Mme Radjavi a déclaré que l’attaque terroriste du régime iranien contre le professeur Alejo Vidal-Quadras montrait que ses efforts pour établir une politique européenne et internationale ferme à l’égard du régime et son soutien continu à la résistance du peuple iranien avaient gravement acculé le régime.

Elle a réitéré que la Résistance iranienne a souligné dès le début le rôle du régime dans l’alimentation des conflits au Moyen-Orient, affirmant que « la tête du serpent du bellicisme et du terrorisme se trouve en Iran, sous le régime des mollahs ».

Le président élu du CNRI a également expliqué que le guide suprême du régime, Ali Khamenei, s’est tourné vers une guerre majeure au Moyen-Orient pour empêcher les soulèvements du peuple iranien et qu’il joue un rôle décisif dans le déclenchement et la poursuite de cette guerre. Les gouvernements européens s’abstiennent toujours d’adopter une politique ferme contre un régime qui a transformé la mer Rouge en un champ de bataille par l’intermédiaire de ses groupes mandataires en Irak, en Syrie et au Liban.

« En même temps qu’il provoque le conflit dans la région, le régime mène une autre guerre brutale contre le peuple iranien », a-t-elle ajouté. « Au cours des deux dernières semaines, environ 80 prisonniers ont été exécutés. Un exemple des innombrables crimes commis par le régime est le meurtre brutal de Nika Shakarami, 16 ans, lors du soulèvement de 2022.»

En fin de compte, Mme Maryam Radjavi a appelé les gouvernements et les organismes internationaux à désigner officiellement le CGRI comme entité terroriste, à déclarer le régime iranien comme une menace à la paix et à la sécurité mondiales en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies ; activer le mécanisme de retour en arrière dans la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU et reconnaître la lutte du peuple iranien pour renverser le régime.

David Jones, député et ancien ministre britannique, a souligné la reconnaissance par le gouvernement des menaces intérieures posées par le régime des mollahs en Iran, ce qui a conduit à des sanctions coordonnées avec les États-Unis contre les responsables iraniens responsables de menaces basées au Royaume-Uni. Les sanctions visent les tentatives du régime d’exporter la répression et la coercition contre les journalistes et les défenseurs des droits humains.

Le député Jones a déclaré : « Une action créative contre le régime est désormais essentielle. Cela devrait commencer par la création du CGRI, ce qui a été réclamé par la Chambre des communes et par de nombreux membres de la Chambre des Lords, plutôt que de s’appuyer uniquement sur des sanctions rétroactives et la condamnation verbale du terrorisme et de la répression. Nous devons également préciser que le régime utilise ses ambassades, ses missions diplomatiques et ses diplomates pour faciliter, planifier et perpétrer des actes de terrorisme international, en mettant, encore une fois, l’accent sur l’OMPI et le CNRI. »

Dans son discours, le professeur Alejo Vidal-Quadras, ancien vice-président du Parlement européen, a raconté l’expérience déchirante qu’il a vécue en survivant à la récente tentative d’assassinat. Il a souligné les défis profonds du rétablissement psychologique, en soulignant l’impact durable de l’anxiété et de la dépression. Malgré ces difficultés, Vidal-Quadras a exprimé une vigueur renouvelée dans ses efforts pour promouvoir la liberté et la démocratie en Iran, notamment en collaboration avec la Résistance iranienne.

Réfléchissant à l’importance politique de l’attaque, Vidal-Quadras a souligné un changement dans la tactique du régime iranien. Auparavant, le régime commettait directement des assassinats, mais il a désormais recours à des réseaux criminels professionnels, tels que les mafias, pour exécuter ses cibles. Il a souligné la responsabilité du régime iranien dans l’attaque, notant l’absence de déni ou de réponse de la part de l’ambassade iranienne à Madrid.

Passant aux recommandations politiques, Vidal-Quadras a appelé à un changement fondamental des approches inefficaces qui persistent depuis des décennies. Il a plaidé en faveur d’une politique d’isolement international, comprenant des sanctions diplomatiques et commerciales, associée à un soutien solide aux droits de l’homme et aux forces démocratiques en Iran. En outre, il a appelé à des pressions financières sur le régime iranien et à un soutien sans équivoque à la Résistance iranienne. Enfin, il a souligné l’urgence de désigner le CGRI comme organisation terroriste, citant son influence déstabilisatrice à l’échelle mondiale.

Vidal-Quadras a conclu en exhortant les gouvernements occidentaux à écouter les voix des institutions parlementaires qui prônent un changement de régime en Iran et à adopter des politiques alignées sur ces appels à l’action.

Bob Blackman, député, a félicité le professeur Vidal-Quadras pour son plaidoyer inébranlable et a noté leur désignation commune sur la liste des sanctions de Téhéran, signe d’une opposition efficace à la brutalité du régime. Il a souligné la responsabilité du régime dans les atrocités, y compris la récente captivité des otages à Gaza, et a appelé à ce que la communauté internationale rende des comptes pour les crimes et le terrorisme de Téhéran.

Le député a mis en garde contre l’utilisation par le régime de réseaux criminels pour cibler les dissidents à l’étranger, à l’image de ses tactiques de déstabilisation au Moyen-Orient. Appelant à la fin de la politique d’apaisement occidentale, il a déclaré : « Soyons clairs : le régime n’a aucun intérêt dans les compromis. Il persiste dans ses tactiques bellicistes, terroristes et répressives pour s’accrocher au pouvoir alors que le soulèvement populaire mené par les unités de résistance du CNRI grandit et s’étend.

En conclusion avec un plan en quatre points, le député Blackman a appelé à l’imposition de sanctions globales, au soutien au plan en dix points de Mme Radjavi pour un Iran démocratique et à une action rapide pour empêcher le régime d’acquérir des armes nucléaires. Il a exprimé l’espoir d’un Iran libre et démocratique et a appelé ses collègues parlementaires à se joindre à la lutte pour la justice et les droits de l’homme.

Dans son discours, Lord David Alton a rendu hommage à son défunt collègue Sir David Amess, soulignant le dévouement d’Amess à défendre les intérêts du peuple iranien et son soutien aux initiatives démocratiques comme le CNRI. Il a fait écho à l’appel de Bob Blackman pour que Madame Radjavi soit invitée à s’adresser au Parlement britannique, soulignant l’importance de promouvoir la liberté d’expression.

Lord Alton a déclaré : « J’appellerais le Royaume-Uni, l’UE et les dirigeants européens à adopter une politique ferme à l’égard de ce régime criminel. Mais une politique qui reconnaît la lutte du peuple iranien pour une République libre, laïque et démocratique, et qui soutient l’alternative démocratique dirigée par Mme Maryam Radjavi. Je suis fier d’être aux côtés de vous et du peuple iranien du bon côté de l’histoire et pour la justice et la démocratie en Iran. »

Soulignant les récentes actions en justice intentées par l’Argentine contre des responsables iraniens impliqués dans des activités terroristes, Alton a souligné la nécessité d’une responsabilité internationale. Il a exhorté le gouvernement britannique à émettre des mandats d’arrêt internationaux contre les responsables iraniens impliqués dans des enlèvements et des assassinats sur le sol britannique.

Sir Roger Gale, député, a félicité le professeur Vidal-Quadras pour sa position courageuse contre le régime iranien et son soutien indéfectible au CNRI depuis qu’il a survécu à une tentative d’assassinat. Il a souligné le risque partagé auquel sont confrontés ceux qui dénoncent l’injustice, mais a souligné que de telles menaces ne dissuaderaient pas leur engagement en faveur de la cause.

Sir Roger Gale a déclaré : « Plus nous voyons ce régime lutter pour contenir les efforts révolutionnaires du peuple iranien, plus nous devons redoubler d’efforts pour soutenir le peuple iranien qui a montré qu’il mènerait cette révolution. Plutôt que de prolonger la vie du régime par la complaisance, nous devons soutenir le peuple iranien. La meilleure façon de sauver des vies à l’avenir est que le peuple iranien ait la République véritablement démocratique qu’il cherche à instaurer. »

Il a souligné le rôle du CGRI dans la perpétuation de la violence et de l’instabilité, tant en Iran qu’au Moyen-Orient, et a appelé à sa désignation comme organisation terroriste. Sir Gale a conclu en appelant à des mesures décisives pour démanteler le réseau d’influence du régime, notamment en fermant ses ambassades et en expulsant les individus ayant des liens directs avec le CGRI.

Lord Alex Carlyle a exprimé sa gratitude au professeur Vidal-Quadras pour son discours courageux, soulignant sa vision, sa détermination et son éloquence. En réfléchissant à son implication au sein du CNRI, Lord Carlyle a partagé sa fierté quant à la résilience de l’organisation et à son dévouement à leur cause. Il a raconté ses visites au siège de l’OMPI en Albanie, où il a pu constater leur engagement sans faille. Lord Carlyle a également félicité le gouvernement albanais pour son soutien malgré l’immense pression de Téhéran.

Abordant l’influence omniprésente du régime iranien, Lord Carlyle a souligné la nécessité de faire preuve de vigilance face à la surveillance et aux menaces. Malgré les défis, il restait optimiste quant à l’avenir de l’Iran, exprimant son optimisme quant au fait qu’un changement finirait par se produire.

Dans son discours, l’ancien député européen Struan Stevenson a appelé avec véhémence à des mesures décisives contre le régime iranien, dénonçant son soutien continu au terrorisme, au bellicisme et aux violations des droits de l’homme.

M. Stevenson a déclaré : « Avec une économie en effondrement, une pauvreté généralisée et des soulèvements répétés en Iran, le peuple iranien exige courageusement le renversement du régime, scandant « Mort à l’oppresseur, que ce soit le Shah ou les mollahs ». Je ne veux pas de tyrannie autocratique ; ils veulent la démocratie. Le CNRI et sa composante clé, l’OMPI, dirigé par Maryam Radjavi, représentent l’opposition que les mollahs craignent et détestent. L’OMPI est la seule entité organisée capable de renverser le régime et de restaurer la paix, la justice, la liberté et la démocratie en Iran. »

Exhortant les pays occidentaux à abandonner les politiques d’apaisement, l’ancien député européen de l’Écosse L’Islande a appelé à des actions concrètes, notamment à inscrire le CGRI sur la liste des organisations terroristes et à imposer de sévères sanctions aux dirigeants du régime et aux entités en contact avec l’Iran. Il a également appelé à l’adoption d’une législation similaire à la loi MAHSA adoptée par le Congrès américain et à la fermeture des ambassades du régime en Europe et au Royaume-Uni, qui sont devenues des centres de planification d’actes terroristes contre les dissidents.

Lord Dholakia, membre de la Chambre des Lords, a souligné la nécessité urgente d’une action unifiée contre les menaces du régime iranien. Réfléchissant à l’importance du plan en dix points de Mme Radjavi, il a salué le courage des femmes iraniennes à diriger l’opposition contre le régime.

Lord Dholakia a souligné l’impératif d’interdire le CGRI, citant son historique d’activités préjudiciables aux intérêts britanniques. Il a reconnu le soutien de ses collègues dans leur plaidoyer en faveur de mesures visant à lutter contre les tactiques oppressives du régime iranien, notamment les mauvais traitements infligés aux individus dans le camp d’Achraf.

En conclusion, Lord Dholakia a réaffirmé la solidarité des parlementaires avec le peuple iranien dans sa lutte pour la liberté et la justice. Il a souligné la nécessité d’une action collective pour faire face à la menace croissante posée par le régime iranien et a réitéré l’engagement à rester aux côtés du peuple iranien jusqu’à ce que la victoire soit obtenue.

Theresa Villiers, députée britannique, a raconté sa participation au sommet de Paris en 2018, prise pour cible par un diplomate iranien reconnu coupable par la suite d’un complot terroriste à la bombe. Elle a également fait part de ses inquiétudes concernant les organisations britanniques ayant des liens avec le régime iranien et le CGRI, appelant à des mesures contre elles.

Soulignant l’influence malveillante de l’Iran dans les zones de conflit, Villiers a souligné les gros titres liant le régime iranien aux drones destructeurs en Ukraine et au financement de mandataires terroristes à travers le Moyen-Orient. Elle a souligné les mauvais traitements infligés aux femmes par le régime, soulignant leur statut de seconde classe et la prévalence de la violence domestique, appelant à la reconnaissance du courage de ceux qui protestent contre de telles injustices.

Villiers a salué le plan en dix points du CNRI pour une république démocratique et laïque en Iran et a réitéré l’appel du Royaume-Uni à prescrire le CGRI en raison de ses activités néfastes.

Dans son discours, le député Sammy Wilson a souligné la nécessité de confronter le régime iranien, en particulier le CGRI, qu’il a décrit comme la « tête du serpent terroriste ». Il a déclaré : « Le désespoir du régime iranien est palpable alors qu’il sent sa fin imminente. Pour étendre son emprise sur le pouvoir, il recourt à des mesures extrêmes, notamment des exécutions, en provoquant des conflits au Moyen-Orient, en soutenant des terroristes mandatés et en tirant parti de la pègre pour cibler les dissidents à l’échelle mondiale.

Le député a ajouté : « Les sanctions sont un début, mais il en faut davantage. Classer le CGRI parmi les organisations terroristes pourrait affecter les relations diplomatiques, mais il est crucial d’envoyer un message fort au régime iranien : leur comportement ne sera pas toléré. Cela ouvre également la porte au dialogue avec l’opposition, ceux qui représentent les opprimés en Iran.