jeudi, juin 20, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceLes eurodéputées font pression pour que le CGRI soit inscrit sur la...

Les eurodéputées font pression pour que le CGRI soit inscrit sur la liste des organisations terroristes

Les eurodéputées font pression pour que le CGRI soit inscrit sur la liste des organisations terroristes
Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution demandant que le Corps des Gardiens de la révolution islamique iranienne (CGRI) soit inscrit sur la liste des organisations terroristes. La motion a recueilli 357 voix pour, 20 contre et 58 abstentions dans l’hémicycle de Strasbourg.

La veille, le 24 avril, le Parlement européen a tenu une session formelle au cours de laquelle les membres ont discuté de la nécessité urgente d’adopter une résolution condamnant le régime belliciste en Iran et désignant le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) comme organisation terroriste.

La séance s’est déroulée en présence de Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

Au cours de la session, plusieurs membres du Parlement européen ont exprimé leur ferme condamnation des actions du régime iranien, le décrivant comme la « tête du serpent de la guerre et de la terreur » dans la région et une « menace mondiale ».

Certains députés ont appelé l’Union européenne à prendre des mesures décisives, notamment à inscrire le CGRI sur la liste des organisations terroristes et à reconnaître l’opposition démocratique dirigée par Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance, et son plan en dix points pour l’avenir d’un Iran libre.

Au cours du débat, Guy Verhofstadt, eurodéputé belge et ancien Premier ministre, a exprimé son mécontentement à l’égard de la stratégie actuelle à l’égard de l’Iran. Il s’est adressé au Haut Représentant, M. Borrell : la stratégie actuelle est inefficace.

Verhofstadt a appelé à un changement d’approche, critiquant l’accent mis sur la diplomatie et la complaisance, qui, selon lui, n’ont donné aucun résultat. Il a remis en question l’efficacité des sanctions imposées jusqu’à présent, suggérant qu’elles étaient insuffisantes.

L’eurodéputé Verhofstadt a appelé à des sanctions plus sévères contre les dirigeants iraniens et a plaidé pour la reconnaissance du CGRI comme organisation terroriste. S’adressant directement à M. Borrell, l’ancien Premier ministre belge a conclu : « Il est temps de reconnaître l’opposition et d’avoir un contact direct avec elle. Ce sont les véritables représentants du peuple iranien. »

Dans son discours, l’eurodéputé espagnol Javier Zarzalejos a souligné le rôle du régime iranien dans la promotion de l’agression dans la région. Il a qualifié Téhéran de menace mondiale activement engagée dans divers conflits, non limités au Moyen-Orient mais s’étendant également à l’Ukraine. Il a critiqué l’idée selon laquelle les sanctions constituent à elles seules une réponse politique suffisante, soulignant la nécessité pour le régime de faire face aux conséquences de son non-respect de ses obligations. Il a également exprimé ses inquiétudes concernant le régime théocratique iranien, qui s’appuie sur une répression violente et des activités terroristes, et a mis en garde contre ses potentielles capacités nucléaires.

En fin de compte, l’eurodéputée Zarzalejos a déclaré : « Le peuple iranien, la lutte des femmes, l’opposition démocratique diabolisée par le régime théocratique de Téhéran, tous ces gens et toutes ces organisations ont besoin de la reconnaissance et du soutien de l’Union européenne pour un Iran de paix et de sécurité à l’avenir. »

Ryszard Czarnecki, eurodéputé polonais, a souligné l’analyse fournie par la Résistance iranienne depuis quatre décennies, affirmant que le régime iranien est le principal instigateur de conflit et de guerre. Il a souligné l’implication active du régime dans deux conflits majeurs menaçant la paix et la stabilité : la fourniture de drones et de missiles pour tuer des Ukrainiens et l’incitation à la guerre à Gaza, qui a fait de nombreuses victimes. Il a appelé à une action décisive, exhortant l’Union européenne à désigner immédiatement le CGRI comme organisation terroriste.

L’eurodéputé polonais a conclu : « Il est grand temps de faire payer à Khamenei, la tête du serpent, le prix de ses guerres. L’Union européenne doit immédiatement inscrire le CGRI sur sa liste terroriste. Nous devons soutenir les unités de résistance de l’OMPI en Iran et reconnaître leur droit à résister contre le régime. »

Hermann Tertsch, eurodéputé espagnol, a exprimé ses inquiétudes quant à la position de M. Borrell concernant le régime iranien. Il a souligné un tweet datant de cinq ans auparavant, dans lequel Borrell avait salué le 40e anniversaire de la dictature des mollahs, sans critiquer les violations des droits humains et les actions agressives du régime. Il a critiqué le manque de condamnation de Borrell à l’égard d’un régime responsable de la mort de milliers de citoyens iraniens.

Représentant le Portugal au Parlement européen, Francisco Guerreiro a souligné le coup d’État en 1953 en Iran, ce qui a finalement conduit au régime des mollahs et contribué à la situation actuelle : « Nous devons bien sûr soutenir les forces démocratiques en Iran qui appellent au changement. Ils veulent qu’un régime laïc soit mis au pouvoir et nous devons œuvrer pour la paix, un processus de paix au Moyen-Orient qui aboutira à une solution à deux États.»

Milan Zver, député européen slovène, a exprimé des critiques à l’égard de M. Borrell, soulignant son incapacité à soutenir sans équivoque l’opposition iranienne dirigée par Maryam Radjavi et son plan en dix points. Zver a également souligné le manque de soutien de Borrell aux membres du Parlement européen qui ont été qualifiés de terroristes par le régime iranien. Zver a exprimé son soutien à la désignation du CGRI comme organisation terroriste.

Antonio López-Istúriz White, représentant espagnole, a rejeté l’idée selon laquelle l’engagement diplomatique et l’allègement des sanctions dissuaderaient les menaces iraniennes, affirmant que l’Iran reste une menace importante : « Certains politiciens naïfs en Europe et en Amérique pensaient pouvoir s’asseoir avec les ayatollahs, lever certaines sanctions et penser que le régime iranien ne constituerait plus une menace pour nous est révolue. »

Il a souligné le rôle de Téhéran dans la fourniture d’armes à la Russie, ses sanctions contre les membres du Parlement européen et son implication dans des assassinats sur le sol européen, citant le cas de l’ancien vice-président du Parlement européen, le Dr Alejo Vidal-Quadras. Il a condamné la répression brutale des manifestations pacifiques par le régime et son soutien aux organisations terroristes dans diverses régions.

M. López-Istúriz White a appelé à désigner le CGRI comme organisation terroriste et a appelé à un front uni contre les menaces du régime iranien.

David McAllister, président de la commission des affaires étrangères du Parlement européen, a mis en garde contre les actions récentes du régime iranien, soulignant que deux semaines auparavant, le régime iranien était sorti de l’ombre des mandataires, posant un risque de guerre pour l’ensemble de la région. McAllister a décrit le régime iranien comme une entité terroriste et a souligné que le CGRI n’a pas encore été désigné comme organisation terroriste, affirmant que c’est quelque chose qui doit être fait immédiatement.

Au cours du débat, l’eurodéputé italien Marco Campomenosi a abordé le conflit en cours au Moyen-Orient et le rôle du régime iranien dans l’exacerbation des tensions. Il a souligné les appels répétés du Parlement à désigner les pasdarans comme terroristes, une mesure que la Commission européenne a jusqu’à présent refusé de mettre en œuvre.

L’eurodéputé italien a appelé à une compréhension des causes profondes du conflit : « Il y a quelqu’un dans la région dont l’intérêt est de déstabiliser et d’étendre le conflit, car le premier objectif du régime iranien est de détourner l’attention d’une partie du pouvoir. La répression de la jeunesse, des jeunes hommes et femmes qui ont tenté avec courage de s’opposer au régime doit être combattu.

Il a également souligné le rôle du régime dans les affrontements sectaires entre chiites et sunnites, ainsi que l’influence du régime iranien sur divers groupes de la région, notamment les Kurdes irakiens. Il a condamné la violence du régime contre les musulmans, malgré ses affirmations de soutenir les intérêts palestiniens.

Lukas Mandl, membre autrichien du Parlement européen, a souligné que l’agression de Téhéran ne se limite pas au recours à des mandataires comme le Hamas, le Hezbollah et les Houthis, mais s’étend au financement du terrorisme et des activités islamistes en Europe. Il a critiqué le retard pris dans la désignation du CGRI comme organisation terroriste, malgré le vote massif du Parlement européen en faveur d’une telle action en janvier de l’année précédente.

L’eurodéputé Mandl a exprimé sa déception face à l’incapacité de l’actuel Haut Représentant à agir de manière décisive à cet égard. Il a souligné la nécessité d’un changement de politique pour donner la priorité à la sécurité européenne et à la solidarité avec ses alliés.

Andrey Kovatchev, membre bulgare du Parlement européen, a souligné le rôle du régime iranien dans la déstabilisation du Moyen-Orient et de la région de la mer Noire lors d’une récente session parlementaire. Le député européen Kovatchev a également abordé la question des menaces pesant sur la navigation dans la mer Noire et a souligné le sort de l’équipage du Galaxy Leader, retenu en otage par les Houthis depuis environ six mois.

Il a exhorté M. Borrell à agir pour obtenir la libération de ces citoyens européens et a souligné la nécessité de désigner le CGRI comme organisation terroriste en Bulgarie et de lui imposer des sanctions.