mardi, février 7, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueIran - Radjavi : "le vent du changement souffle à grande vitesse...

Iran – Radjavi : « le vent du changement souffle à grande vitesse désormais « 

 Maryam Radjavi :
– L’inscription sur la liste noire de l’OMPI a été d'un grand secours à la survie du fascisme religieux
– L’annulation de l’étiquette du terrorisme est une défaite cuisante pour la politique de complaisance de l’Europe et le vent du changement souffle à grande vitesse désormais

CNRI – A la suite de l’annulation de l'étiquette terroriste de l’organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), Mme Maryam Radjavi, Présidente élue de la Résistance iranienne, a estimé que le cœur de la politique de complaisance européenne a été réduit à néant et que le vent du changement va souffler sur l’Iran. Le régime des mollahs a perdu son investissement stratégique pour détruire la Résistance iranienne.

Mme Radjavi a déclaré que l'Union européenne doit compenser les dommages infligés au peuple iranien et qu’elle doit remplacer l’OMPI par le régime médiéval des mollahs sur la liste du terrorisme. L'Union européenne doit aussi lui imposer des sanctions globales et renvoyer le dossier effroyable du régime en matière de violations des droits de l'homme devant le Conseil de sécurité des Nations unies pour des mesures contraignantes immédiates.

A ses yeux, les sept années de bataille juridique et politique pour le retrait de l'étiquette de terroriste ont fait partie intégrante de la lutte contre le fascisme religieux et pour l'instauration de la démocratie en Iran.

Mme Radjavi a rappelé que l’inscription de la résistance iranienne sur la liste noire a contribué à prolonger le régime du fascisme religieux en Iran. Cela explique la raison de la réaction frénétique des mollahs à la radiation de l’OMPI. Le régime iranien n'a pas hésité à utiliser toutes les pressions politiques et diplomatiques pour maintenir l’OMPI sur la liste. Certains pouvoirs et groupes d'intérêts en Europe ont épuisé tout ce qui était à leur disposition pour braver les décisions de justice ces derniers jours – comme un vain pourvoi contre la décision du tribunal – pour complaire au régime en Iran.

Elle a ajouté que la décision prise aujourd'hui par le Conseil de l'UE a été une victoire de la Résistance iranienne et de la justice sur les intérêts économiques mesquins et la politique de complaisance. Dans cette campagne, l'appareil judiciaire européen, les parlements et les parlementaires ont été du côté de la Résistance iranienne.

L'étiquette injuste de terroriste collée à l’OMPI a non seulement aidé le régime dans sa répression interne, mais a aussi contribué à étendre la guerre et à répandre le sang dans la région. La seule solution à la crise iranienne est un changement démocratique réalisé par le peuple iranien et sa Résistance. Au lieu de participer à la répression de l'opposition démocratique au régime, l'UE doit reconnaître la Résistance iranienne pour la démocratie et la séparation de la religion et l'État en Iran.

Mme Radjavi a souligné qu’après sept décisions de justice dans les tribunaux européens et le retrait de l’OMPI de la liste des organisations terroristes du Royaume-Uni et de celle de l’UE, le maintien sur la liste noire du Département d'État américain est plus que jamais injustifié. La partie la plus importante d'un changement de politique aux États-Unis par le nouveau Président vis-à-vis de l'Iran est de mettre fin à la complaisance avec les mollahs et d’annuler l’étiquette de terroriste de l’OMPI. 

Elle a indiqué qu’après la radiation de l’OMPI, il est temps que le gouvernement irakien confirme le statut de résidents d’Achraf en tant que personnes protégées en vertu de la IVe Convention de Genève et lève toutes les restrictions injustes à leur égard.

Mme Radjavi a remercié le comité européen «Pour l’application de la justice » (ISJ) dirigé par M. Alejo Vidal-Quadras, Vice-président du Parlement européen, qui est soutenu par 2000 parlementaires dans toute l'Europe, ainsi que les éminents juristes et avocats dirigés par Lord Slynn, ancien juge à la Cour européenne de justice, et tous les honorables Européens, hommes et femmes, qui ont contesté sans relâche cette désignation injuste. Elle leur a adressé toutes ses félicitations pour cette victoire.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance d'Iran
Le 26 janvier 2009