jeudi, février 9, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsSoulèvement de Boukan et Sanandaj, poursuite de la grève nationale des bazars...

Soulèvement de Boukan et Sanandaj, poursuite de la grève nationale des bazars à Téhéran et en province

Soulèvement de Boukan et Sanandaj, poursuite de la grève nationale des bazars à Téhéran et en province

Soulèvement en Iran – N°138

Au 63ème jour du soulèvement, manifestations aux funérailles et commémoration des martyrs

Le jeudi 17 novembre, au 63e jour du soulèvement national, les funérailles et cérémonies d’hommage des martyrs à Boukan, Sanandaj, Saqqez, Kamyaran, Chiraz et Ispahan se sont déroulées en présence d’une foule nombreuse qui scandait « à bas Khamenei ».

A Boukan, les funérailles des martyrs du 16 novembre, dont Salar Mojaver et Mohammad Hassanzadeh, se sont déroulées avec un vaste cortège. Pour réprimer les participants, les pasdarans avaient posté des tireurs d’élite et déployé des troupes sur les hauteurs voisines. Ils ont ouvert le feu et tiré des gaz lacrymogènes pour disperser la foule. Mais de jeunes intrépides ont attaqué les pasdarans et les ont forcés à fuir. Mohammad Hassanzadeh, tué la veille, avait posté dans sa dernière note sur Instagram : « aujourd’hui sera peut-être le dernier jour de ma vie, pour le bonheur de la nation. »

Boukan a manifesté dans les rues après la cérémonie. Les manifestants ont occupé la mairie et incendié la voiture et les locaux d’un agent. Une foule impressionnante s’est rendue de Mahabad à Boukan dès les premières heures de la matinée pour participer aux funérailles. Les gens ont bloqué la route Boukan-Mahabad pour empêcher le passage des forces répressives.

La dépouille du martyr Danial Aban, un jeune de 17 ans originaire de Saqqez, a été secrètement enterré par les pasdarans à 3 heures du matin ce 17 novembre. Aujourd’hui, les habitants de Saqqez sont venus se recueillir sur sa tombe. Ils ont entonné le chant « ô martyr » en frappant des pieds.

Les habitants de Sanandaj ont organisé une grande manifestation lors de la cérémonie du 40e jour de deuil de quatre martyrs du soulèvement au cimetière Behecht-e-Mohammadi en scandant « à bas Khamenei », « mère ne pleure pas, nous promettons de le venger » et « toutes ces années de crimes, à bas la dictature religieuse ». Des heurts ont éclaté avec les agents répressifs. La jeunesse rebelle de Sanandaj a bloqué la rue en allumant des feux et a brulé une grande banderole de Khamenei. Le directeur politique et de la sécurité du gouverneur du Kurdistan a annoncé que « lors des troubles d’aujourd’hui à Sanandaj, le major Hasan Youssefi des forces de police de la province du Kurdistan a été tué par la population » (Agence Fars, 17 novembre 2022).

Les habitants de Kamyaran ont organisé une cérémonie en mémoire de Burhan Karami, martyr du soulèvement, en scandant « à bas Khamenei », « à bas la milice du Bassidj » et « à bas les pasdarans ». À Chiraz, les funérailles du martyr Milad Khoshkalam ont eu lieu. Les habitants d’Ispahan ont transformé la cérémonie du 40e jour de deuil du martyr Ahmad Shokrallahi, en une manifestation contre le pouvoir.

Les commerçants du bazar ont fait grève pour la troisième journée consécutive à Téhéran, Machad, Yazd, Gorgan, Marvdacht, Tabriz, Kermanchah, Ispahan, Arak, Sanandaj, Babol, Soume’eh-Sara, Najaf-Abad, Sarpol-Zahab, Javanroud, Dehkalan, Baneh, Saqqez, Kamyaran, Marivan, Mahabad, Piranchahr, Boukan, Ochnaviyeh, Rasak, Sardacht, Mobarakeh, Shahrekord, Kerman, Bojnourd, Homayounchahr, Bouchehr, Khorramabad, Qazvine, Bandar-Abbas, Babol, Gorgan, et d’autres. À Machad, les agents répressifs ont matraqué des commerçants en grève.

Dans le métro de Téhéran, les jeunes ont crié « à bas tout le régime ». Tehransar et la ville de Doroud ont connu des rassemblements et des manifestations avec le slogans de « à bas le dictateur ». A Semirom, de jeunes insurgés ont incendié la voiture de l’imam du vendredi, à Zandjan et Yazd ils ont attaqué la base de la milice du Bassidj avec des cocktails molotov, à Sarbandar de Mahshahr ils ont brûlé une statue du pouvoir sur la place du Bassidj.

A Sarableh, les jeunes ont pris le contrôle des rues en y allumant des feu et ont pris le bâtiment des télécommunications de la ville, d’où la veille des coups de feu avaient été tirés sur les gens. A Massal (province de Guilan), les gens ont manifesté en scandant « n’ayez pas peur, nous sommes tous ensemble ». A Khorasgan, des agriculteurs démunis ont manifesté. Hier soir jusqu’au petit matin, des accrochages ont eu lieu avec les forces répressives sur la place Baba’i de Qazvine. Les jeunes de Kianshahr à Téhéran ont mis le feu à un centre de la milice du Bassidj.

A 2 heures du matin aujourd’hui, des étudiants ont manifesté dans la cité universitaire de Téhéran en scandant « à bas le dictateur » et « c’est l’infirme [Khamenei] qui est le meurtrier de Shah-Cheragh ». Aujourd’hui les étudiants des universités de Yazd ont manifesté ainsi que ceux de la faculté Mohaghegh Ardabili à Ardebil. Les étudiants de l’Université de technologie de Shahroud se sont rassemblés à la mémoire du martyr de Zahedan, Khodanour Lajehi, et en soutien aux habitants de Zahedan.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 17 novembre 2022