vendredi, janvier 27, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsPour la 83e nuit du soulèvement, manifestations nocturnes à Téhéran et ailleurs

Pour la 83e nuit du soulèvement, manifestations nocturnes à Téhéran et ailleurs

Pour la 83e nuit du soulèvement, manifestations nocturnes à Téhéran et ailleurs

Soulèvement en Iran – N°180

Dans la soirée du mercredi 7 décembre, les manifestations et protestations nocturnes se sont poursuivies à Téhéran et dans d’autres villes. Dans la capitale, la manifestation vers la place Azadi, qui avait commencé à midi, s’est poursuivie jusque tard dans la nuit. Malgré la présence des forces répressives et d’agents en civil, les gens scandaient « à bas Khamenei » et « à bas le dictateur » accompagnés par un concert de klaxons dans l’avenue Azadi. Les forces répressives ont attaqué les gens dans divers points, leur tirant dessus avec des fusils à plombs. Dans certaines rues, les agents ont tiré sur les fenêtres qui acclamaient ou filmaient les manifestations. Les gens ont déclenché des accrochages sporadiques et allumé un feu au milieu de l’avenue Azadi.

Une manifestation nocturne a eu lieu dans la rue Jihoun et des agents ont tiré des gaz lacrymogènes sur la population. Sur la place Tohid, les gens ont protesté avec le slogan « c’est l’année du sacrifice, on va renverser Seyed Ali [Khamenei] ». Au métro du Théâtre de la Ville, les gens ont organisé une manifestation nocturne avec le slogan « à coups de canon, de char ou de mitraille, que les mollahs aillent au diable ». A Chitgar, les gens ont scandé « Khamenei Zahak (tyran légendaire), on va t’envoyer sous terre ».

Dans de nombreuses villes, dont Karadj, Machad, Ispahan, Ardakan, Ardebil, Mallard, Yasoudj, Najaf-Abad, Arak, Boukan, Bouchehr, Saqqez, Qazvine, Ilam, Boumehen, des manifestations nocturnes ont eu lieu. Les gens scandaient « à bas le dictateur » et « c’est l’année du sacrifice, on va renverser Seyed Ali [Khamenei] ». A Ispahan, les gens ont manifesté à Chahar-Bagh avec le slogan « à bas le dictateur » et ont bloqué la rue. Les agents criminels ont tiré sur les manifestants. A Ardakan les gens lançaient « on ne veut pas d’un gouvernement tueur d’enfants, on n’en veut pas ». A Najaf-Abad, les gens criaient « pauvreté, corruption et vie chère, nous allons les renverser ».

A Yassoudj, une manifestation nocturne a eu lieu avec le slogan « à bas le dictateur » et les jeunes ont mis le feu à la voiture d’un mollah du pouvoir. A Dareh-Chahr d’Ilam, des jeunes ont incendié la place Bassidj. A Machad, sur le boulevard Vakil Abad, des jeunes ont protesté en criant « liberté, liberté » et « c’est l’année du sacrifice, on va renverser Seyed Ali [Khamenei] ». A Arak et Boumehen, des agents ont tiré sur des jeunes qui manifestaient. A Kani-Dinaran de Boukan, les gens se sont rassemblés en allumant un feu de rue. A Baghak de Bouchehr, les gens ont mis le feu à un minibus et à la maison d’un milicien du Bassidj. Ce mercenaire transportait des miliciens du Bassidj dans un minibus pour aller réprimer les manifestations. À Sanandaj, des agents continuent d’attaquer les domiciles et d’arrêter des gens. À Saqqez, les gens ont bloqué la route en allumant des feux dans divers endroits.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 8 décembre 2022

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe