mercredi, février 8, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsManifestation massive à Zahedan au 4e mois du soulèvement en Iran

Manifestation massive à Zahedan au 4e mois du soulèvement en Iran

Manifestation massive à Zahedan au 4e mois du soulèvement

Soulèvement en Iran – N°192

« À bas Khamenei » « c’est l’année du sacrifice, on va renverser Seyed Ali [Khamenei] », « il faut tuer la milice, à coups de poing ou de fusil », « pasdarans, miliciens du Bassidj, vous êtes notre Daech »

Vendredi 16 décembre, au 4e mois du soulèvement, des milliers de personnes à Zahedan ont manifesté après la prière du vendredi en scandant « à bas Khamenei », « à bas les pasdarans, à bas la milice du Bassidj », « il faut tuer la milice, à coups de poing ou de fusil », « pasdarans, miliciens du Bassidj, vous êtes notre Daech », « c’est l’année du sacrifice, on va renverser Seyed Ali [Khamenei] », « je tuerai celui qui a tué mon frère », « libérez les prisonniers politiques », « Khamenei, honte à toi, dégage du pays». Les femmes courageuses de Zahedan scandaient « viol, crime, à bas la dictature religieuse », « à bas le pouvoir tueur d’enfants » et « pour chaque personne tuée, un millier d’autres se lèvent ». Les manifestants brandissaient des pancartes avec les mots « dictateur, où est le siège des femmes ? » faisant référence à l’expulsion du régime de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies.

Les étudiants ont manifesté à Kermanchah avec le slogan « pauvreté, corruption et vie chère, nous allons les renverser ». À Dehgolan, la cérémonie du 7e jour de deuil du martyr du soulèvement de Shadman Ahmadi s’est tenue avec des slogans comme « à bas Khamenei ».

Vendredi, les funérailles de la Dr. Aïda Rostami, martyre du soulèvement, ont eu lieu à Gorgan. Elle habitait la cité d’Ekbatan à Téhéran et soignait en secret les gens blessés par les pasdarans. Elle a été identifiée par les organes de sécurité du régime. Le lundi 12 décembre, elle a disparu après avoir terminé son travail à l’hôpital de Chamran. Le lendemain, sa famille a dû récupérer son corps à la morgue et l’a emmenée dans sa ville natale, à Gorgan. Dans le certificat médico-légal, la cause du décès était mentionnée comme « collision avec un objet dur ».

A Téhéran, la cérémonie du 40e jour de deuil du martyr Ali Rouzbahani s’est tenue au cimetière de Behecht-Zahra. Les participants ont honoré sa mémoire avec des slogans tels que « je jure sur les exécutés, Ali, Mohsen et nos camarades » et « pour chaque personne tuée, un millier d’autres se lèvent ». Ils ont juré à sa famille de poursuivre le chemin d’Ali jusqu’au bout.

Hier soir, des jeunes à Téhéran ont organisé des rassemblements nocturnes dans les quartiers de Sattarkhan, Qolhak, Parand et Chitgar. Ils scandaient « c’est l’année du sacrifice, on va renverser Seyed Ali [Khamenei] », « à bas la dictature religieuse », « pauvreté, corruption et vie chère, nous allons les renverser », « jurons sur le sang de nos camarades de résister jusqu’au bout » et « c’est le dernier message, c’est tout le système qui est visé ».

Jeudi, malgré le déploiement d’agents répressifs, les Téhéranais sont venus en masse sur la tombe du héros et martyr Mohsen Shekari à Behecht-Zahra et ont couvert sa tombe de fleurs. A Karadj, la cérémonie du 40e jour de deuil de Mehdi Hazrati, un adolescent de 17 ans, s’est tenue au cimetière Behesht-e-Ali malgré la présence des forces répressives. Les organes de sécurité ont empêché la famille du martyr d’assister à la cérémonie.

Jeudi, le corps de la martyre Donya Farhadi, une jeune femme de 21 ans originaire d’Izeh, a été retrouvé sur la rive de la rivière Karoun à Ahwaz. C’était une étudiante militante d’Ahwaz qui étudiait l’architecture. Elle avait été enlevée par les forces répressives 9 jours auparavant.

De même, la cérémonie du 40e jour de deuil du martyre Alireza Karimi, un martyr d’Islamabad-Gharb, s’est tenue jeudi au cimetière de Bagh-e-Rezvan de la ville, avec les slogans « à bas le pouvoir tueur d’enfants », « à bas ce pouvoir maudit » et « à bas le dictateur ».

Mme Maryam Radjavi a salué les compatriotes Baloutches, en particulier les femmes courageuses et d’avant-garde de Zahedan, qui au quatrième mois du soulèvement, appellent à la justice pour les martyrs en scandant « pour chaque personne tuée, un millier d’autres se lèvent ». Ils sont déterminés à poursuivre le soulèvement jusqu’au renversement du régime. Elle a ajouté que tous les Iraniens, Kurdes, Azéris, Lors, Arabes, Baloutches et Fars sont décidés à détruire le régime des mollahs.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 16 décembre 2022