lundi, novembre 28, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran : Au 16ème jour, le soulèvement national s'étend à 170 villes

Iran : Au 16ème jour, le soulèvement national s’étend à 170 villes

Iran : Au 16ème jour, le soulèvement national s'étend à 170 villes

Soulèvement en Iran – N°27

Manifestations dans la plupart des universités iraniennes

Au 16ème jour du soulèvement national, ce samedi 1er octobre 2022, de nombreuses villes, dont Chiraz, Ispahan, et Gohardacht de Karadj, ont été le théâtre de manifestations et d’affrontements avec les forces de répression. Simultanément, les étudiants de la plupart des universités ont organisé des manifestations et des grèves ; dans la capitale à l’Université de Téhéran, l’École polytechnique Sharif, l’École dentaire Azad, l’Université Meli, Université Azad de la branche nord de Téhéran, Université Al-Zahra, l’Université Modaress.

Dans les autres villes à l’Université de Zandjan, l’université Ferdossi de Machad, l’Université Sajjad de Machad, l’Université Imam Reza de Machad, l’Université Azad de Karadj, l’Université Kharazmi de Karadj, la faculté de médecine Azad de Karadj, l’Université pharmaceutique Azad de Gholhak, la faculté de médecine de Chiraz, la faculté de médecine d’Ispahan, la faculté de technologie d’Ispahan, l’Université de Tabriz, l’Université de Guilan, l’université Razi de Kermanchah, l’Université d’art et d’architecture de Pars, l’Université de Yazd, l’Université Azad de Pounak, l’Université Noshirvani de Babol, l’Université Bahonar de Kerman et l’Université des sciences et de l’industrie du Kurdistan.

Dans le quartier de Chirabad, à Zahedan, les manifestants ont affronté les forces de répression. À Chiraz, les manifestants sont descendus dans la rue ce matin en scandant « à bas le dictateur ». En réponse à l’attaque des agents, de jeunes rebelles ont mis le feu à une moto des agents. Dans le quartier Gohardacht de Karadj, un grand nombre de personnes ont manifesté en scandant : « C’est l’année du sacrifice, on va renverser Seyed Ali (Khamenei) ». À Ispahan, les manifestants ont affronté les forces répressives dans la rue Nikbakht, et des coups de feu des pasdarans ont retenti. D’autres ont manifesté à la porte de Chiraz, devant l’université de Chaharbagh Bala et Hezar Jerib. À Tabriz, en réponse à l’attaque des pasdaran et l’arrestation des manifestants, de jeunes rebelles ont mis le feu à une banque gouvernementale. Les manifestants ont bloqué le chemin des forces répressives en allumant un feu au milieu de la rue.

Dans diverses universités, les étudiants scandaient : « libérez les prisonniers politiques », « Evine est devenue une université, les universités d’Iran sont devenues des prisons », « les étudiants préfèrent la mort à l’humiliation », « à bas le tyran qu’il soit chah ou mollah », « du Baloutchistan à Téhéran, du sang partout en Iran », « Fiers étudiants, soutien, soutien » et « à bas le dictateur ». À Chiraz, les étudiants ont scandé : « Nous nous battrons et nous mourrons mais nous reprendrons l’Iran. » Dans de nombreux endroits, le régime a mobilisé et envoyé des hordes de pasdaran et d’agents pour attaquer les étudiants, comme à Ispahan, mais ils n’ont pas réussi à arrêter les manifestations.

Par ailleurs, la nuit dernière, au 15ème jour du soulèvement national, les manifestations nocturnes et les affrontements se sont poursuivis dans plusieurs quartiers de Téhéran, notamment à Pounak, Sadeghieh, Valiasr, Se-Rah Afsarieh et Soleqoun. Hier, lors d’une grande manifestation à Ahwaz, de jeunes insurgés de plusieurs quartiers ont affronté et engagé une course poursuite avec les agents de police qui ont lancé des gaz lacrymogènes sur les manifestants. Dans la soirée du vendredi 30 septembre, le soulèvement national s’était étendu à 170 villes.

Mme Maryam Radjavi a salué les étudiants insurgés dans tout l’Iran. Elle a déclaré qu’ils se sont levés pour reconquérir l’université, bastion de la liberté, et la débarrasser de l’existence des ennemis de la liberté. Mme Radjavi a déclaré : Vous vous battez aux côtés du peuple iranien, de Zahedan ensanglantée au Kurdistan héroïque en passant par Téhéran, Mazandaran, Khouzistan et Khorassan, pour reconquérir tout l’Iran.

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 1er octobre 2022

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe