samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsAu 40e jour du soulèvement, les manifestations étudiantes s’étendent

Au 40e jour du soulèvement, les manifestations étudiantes s’étendent

Au 40e jour du soulèvement, les manifestations étudiantes s’étendent

Soulèvement en Iran – N°79

· Expulsion du porte-parole de Raïssi de l’Université de Qom

· Les étudiants rejoignent les manifestants de la place Imam Hossein à Téhéran

Le mardi 25 octobre, au 40e jour du soulèvement, les manifestations étudiantes se sont poursuivies dans des dizaines d’universités à Téhéran et diverses villes. Elles se sont déroulées notamment dans la capitale à l’Université Allameh Tabatabaï, l’Université Sciences et technologie, l’Université Soureh, l’Ecole des beaux-arts, l’Université de Littérature étrangère, l’Université Melli, la faculté technique de l’Université de Téhéran, l’Université Al-Zahra et l’Université Tarbiat Modares ; et en province à l’Université Azad de Qom, l’Université Azad de Dezfoul, l’Université Azad de Khorasgan, l’Université Hakim Sabzevari de Sabzevar, l’Université Azad de Hamedan, l’Université Azad de Shahrekord, la faculté de médecine d’Ardebil, l’Université Yadegar de Shahr-e-Rey, l’Université Chamran d’Ahwaz, l’Université Azad de Kerman, l’Université Azad de Pounak, l’Université Mohajer d’Ispahan, l’Université Azad de Chahr-e-Qods, l’Université Noshirvani de Babol, la faculté de médecine de Hamedan, l’Université Ferdowsi de Machad, l’école d’ingénieurs de Chiraz et l’université de Yazd.

Parmi les slogans des manifestants on pouvait entendre : « à bas le dictateur », « à coups de canon, de char ou de mitraille, il faut tuer les mollahs », « c’est le dernier message, c’est tout le système qui est visé », « toutes ces années de crime, à bas la dictature religieuse », « Mojtaba [fils de Khamenei], meurs sans prendre le pouvoir », « si une personne est tuée, mille autres se lèveront derrière elle », « milicien du Bassidj, dégage », « à bas le tyran, qu’il soit chah ou mollah », « ne m’accuse pas de sédition, c’est toi la sédition, oppresseur », « on ne veut pas d’un gouvernement infanticide », « Téhéran est devenu une prison et Evine un abattoir », « Ni Gaza ni Liban, je donne ma vie pour l’Iran », « Sanandaj, Zahedan, l’œil et le phare de l’Iran » et « libérez les étudiants emprisonnés ».

Les étudiants de l’Université de Qom ont perturbé à grands coups de slogans la réunion de Bahadori-Jahromi, le porte-parole du gouvernement Raïssi. Ils criaient : « on ne veut pas d’assassin comme invité, on ne veut pas d’un système corrompu », « les étudiants préfèrent la mort à l’humiliation », « liberté, liberté, liberté », « assassin, dégage ! » et « ordure, ordure ». Afin d’empêcher les protestataires de participer à la conférence de Jahromi, les responsables de l’université avaient déclaré l’annulation de la réunion la veille au soir et annoncé sa tenue à 8h15 le matin-même. Malgré tout, les étudiants venus en masse ont réussi à faire échouer le plan de Bahadori-Jahromi.

Dans l’après-midi du mardi 25 octobre, un groupe d’étudiants est allé manifester avec la population dans la rue Damavand et sur la place Imam Hossein de Téhéran. Ils ont bloqué la rue et scandé « c’est l’année du sacrifice, on va renverser Seyed-Ali [Khamenei] », les voitures les ont accompagnés avec un concert de klaxon en boucle.

À Golbahar, dans la province de Khorassan-Razavi, de jeunes insurgés ont lancé des cocktails Molotov sur le gouvernorat. Le 25 octobre, l’agence Tasnim, citant la base de Qods du sud-est des forces terrestres des pasdarans, a annoncé que « le colonel Mehdi Mollachahi et Javad Keikha, du corps Salman des pasdarans de la province du Sistan-Baloutchistan, ont été abattus par des inconnus sur la place Tamine-Ejtema’i de Zahedan. »

Dans une menace terroriste évidente, Ebrahim Rezaï, membre de la commission de la Sécurité nationale et des Affaires étrangères du parlement du régime, a posté sur son compte Twitter mardi 25 octobre : « Ce n’est pas possible d’avoir des troubles dans les rues de Téhéran, tandis que les rues de l’OTAN sont tranquilles. Il est certain que nous allons définir le champ du conflit en dehors de l’Iran ainsi que la réponse à y apporter. »

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 26 octobre 2022

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe