jeudi, décembre 1, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueIran: Mme Radjavi en appelle à la justice internationale pour le massacre...

Iran: Mme Radjavi en appelle à la justice internationale pour le massacre des prisonniers politiques

 Maryam Radjavi appelle à mettre en place un tribunal international pour juger les auteurs du massacre des prisonniers politiques

CNRI – Dans un message pour le 22e anniversaire du massacre de plus de 30.000 prisonniers politiques en Iran durant l'été 1988, la Présidente élue de la Résistance iranienne, Mme Maryam Radjavi, a appelé à la mise en place d'un tribunal international pour traduire en justice les criminels responsables du massacre.

Mme Radjavi a déclaré : Selon tous les témoignages et sur la base des avis présentés par les juristes internationaux et les organisations des droits de l'homme, ce massacre est un exemple flagrant de crimes contre l'humanité et de génocide. Car son principal objectif était d'éradiquer un mouvement socio-politique spécifique défendant une croyance particulière, à savoir un islam démocratique et tolérant.

Mme Radjavi a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à mettre en place un tribunal spécial pour juger les auteurs de ce crime grave, en particulier parce que ceux qui ont appliqué en 1988 la fatwa de Khomeiny, occupent à présent des postes politiques et judiciaires dans le régime, poursuivant leurs actes meurtriers et criminels.

Mme Radjavi a appelé les autorités internationales, les gouvernements, les juristes et les défenseurs des droits humains à convaincre le Conseil de sécurité des Nations unies à former ce tribunal. Elle a également invité le peuple iranien à faire parvenir à la Résistance iranienne ses documents, ses témoignages et toutes les informations qu’il détient sur ce massacre.

Mme Radjavi a mis en garde contre les condamnations à mort pesant sur les prisonniers politiques actuels, notamment les parents des résidents d'Achraf, en particulier le prisonnier politique Jafar Kazemi, dont la peine a été confirmée par la Cour d’appel des mollahs. Elle a demandé au Secrétaire général de l'ONU, au Haut-commissaire aux droits de l'homme et aux autres organes compétents de condamner les crimes barbares du régime.

Mme Radjavi a ajouté : La communauté internationale est confrontée à un test crucial aujourd'hui, qui consiste à adopter une position de fermeté en rejetant une dictature meurtrière qui est en fait une honte pour l'humanité au 21e siècle. Les relations économiques et politiques avec un tel régime doivent être subordonnées à la cessation des châtiments cruels et à l'amélioration des droits de l'homme en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 31 juillet 2010

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe