mardi, décembre 6, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: NucléaireIran - Mise en garde de la Résistance iranienne sur le sort...

Iran – Mise en garde de la Résistance iranienne sur le sort des prisonniers politiques

ImageCNRI – Selon les informations reçues, l’état de santé de M. Behrouz Javid Téhérani, prisonnier politique en grève de la faim depuis 16 jours, s’est considérablement détérioré. Les autorités pénitentiaires ont intensifié les sévices et les tortures sur ce prisonnier à la sinistre prison de Gohardacht à la ville de Karaj (Ouest de Téhéran). Il semble que le Vevak (ministère des renseignement du régime) cherche à  répéter le même sénarion qu’il a appliqué pour éliminer les prisonniers politiques Valiollah Chams Mahdavi et Akbar Mohammadi, alors qu’ils étaient en grève de la faim.

 

 Le dimanche 3 mai, les agents du régime avaient  pris d'assaut la section 2 de la prison de Gohardacht et sauvagement tabassé les prisonniers. Il ont profité pour transférer un certain, dont M. Behrouz Javid Téhérani, à la section 1 de la prison qui fait office de couloir de la mort. Téhérani figure parmi les prisonniers qui ont entrepris une grève de la faim pour protester justement contre le transfert des prisonniers protestataires en isolement, dans la section 1 de la prison surnommé les « cages aux chiens ».

On rapporte qu’en raison de la torture et de la grève de la faim, Behrouz Javid Téhérani a perdu énormément de poids et que les traces de torture sont visibles sur son corps amaigri.

Parmi les bourreaux directement impliqué dans la torture infligé à ce prisonnier, figurent Ali Mohammad, le vice-directeur de la prison, Kermani et Valiolahh Faraj-nejad, directeur des services de sécurité et de renseignements et son adjoint ; Pasdar Khadam, responsable de la section 2 de la prison.

Haj Kazem, le directeur de la prison de Gohardacht, supervise personnellement les pressions exercées sur ce prisonnier. Il a déjà à son actif la torture et la mise à mort de prisonniers politiques sympathisants de l’OMPI, tels Valiollah Chams Mahdavi, Abdolreza Rajabi et Amir Hossein Hechmatsaran.

Il convient de rappeler que depuis le 9 juillet 1999 (date de la révolte des étudiants), Behrouz Javid Téhérani avait été arrêté et torturé à plusieurs reprises.

Voici la liste de quelques-uns des centaines de prisonniers politiques dans les prisons iraniennes qui subissent actuellement les plus dures sévices :

– M. Manssour Radpour, arrêté le 17 mai 2007, a été transféré il y a trois mois en isolement dans la section  appelée «cages aux chiens ».

– M.Akbar Veissi, M. Peiman Khanjari  et M. Akbar Sanjani dans la prison de Dizelabad à Kermanchah. Ce dernier a perdu la faculté de vue à un œil en raison des tortures subies.
– M. Sadegh Sistani dans la sinistre section 209 de la prison d’Evine. Après avoir purgé une peine de 14 ans pour sa sympathie envers l’OMPI, il avait été de nouveau arrêté le 3 février 2009, peu de temps après sa libération. Il est régulièrement soumis à la torture.
– M. Yasser Majidi, emprisonnés a été condamné à l'exil forcé en détention à Birjand dans la section surnommé le « fond de l’enfer ».

La Résistance iranienne met en garde contre le complot du régime des mollahs pour éliminer les prisonniers politiques et appelle les instances internationales des droits humains, en particulier le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme d’envoyer immédiatement un rapporteur spécial en Iran pour empêcher ce crime odieux.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 23 mai 2009

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe