mardi, février 7, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : L’intensification de la répression et des exécutions signale une nouvelle...

Iran : L’intensification de la répression et des exécutions signale une nouvelle vague de terreur

Iran : L’intensification de la répression et des exécutions signale une nouvelle vague de terreurLa saisie du dossier des droits de l’homme par le Conseil de Sécurité est urgente

Le régime iranien a pendu en public deux opposants, Ali Afravi et Mehdi Navaseri, hier, prétendant qu’ils étaient impliqués dans des attentats à la bombe à Ahwaz, une ville du sud-ouest.

Une foule composée de membres des pasdarans et des forces de la milice paramilitaire du Bassidj, s’est rassemblée sur les lieux de l’exécution pour lancer des slogans contre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et Israël, selon des informations. Le procès des deux prisonniers n’a pas respecté le minimum des normes internationales.

Le régime de Téhéran a aussi pendu un jeune de 22 ans la semaine dernière à Mechkine-Chahr (nord-ouest de l’Iran). Un jeune de 24 ans a aussi été exécuté dans la prison de Ghazvine. Un responsable des forces de sécurité de l’Etat (FSE) a confirmé l’exécution d’un autre prisonnier identifié seulement par ses initiales de M.A. à Nochahr (nord de l’Iran).

Le 28 février, Ali Aghvami, qui a été arrêté l’été dernier dans les troubles du Kurdistan, a été exécuté pour « corruption sur terre ».

Les média du régime des mollahs ont rapporté le 1er mars que six hommes identifiés par leurs seuls prénoms de Kheirollah, Golam, Ebrahim, Javad, Vali et Mohammed-Reza avaient reçu la peine de mort.

Rouz, un journal gouvernemental a rapporté le mois dernier que le système judiciaire avait prononcé plus de 30 peines de mort.

Le régime des mollahs a dramatiquement intensifié la vague d’exécution ces derniers jours en Iran à la veille de son déferrement au Conseil de Sécurité de l’ONU pour tenter de juguler la montée des manifestations et des émeutes populaires.

A la suite de l’exécution d’un membre de la Résistance iranienne et des Moudjahidine du peuple, Hodjat Zamani, le régime des mollahs a transféré davantage de prisonniers politiques en isolement cellulaire où on ne sait pas ce qu’ils deviennent.

La Résistance iranienne attire l’attention du Conseil de Sécurité de l’ONU, la commission des droits de l’homme, le Haut commissariat de l’ONU pour les droits de l’homme et toutes les organisations de défense des droits de l’homme sur la montée des exécutions en Iran.

La Résistance iranienne appelle également à la saisie du dossier des droits de l’homme par le Conseil de Sécurité de l’ONU pour une action immédiate visant à stopper les exécutions massives de prisonniers politiques.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 3 mars 2006