lundi, décembre 5, 2022
AccueilCommuniqués CNRIIran : Les services de Renseignement des mollahs envoient des agents en...

Iran : Les services de Renseignement des mollahs envoient des agents en Albanie

sous le couvert de réfugiés pour perturber le transfert des habitants du camp Liberty

La commission la Sécurité et la Lutte contre le terrorisme du CNRI a déjà dénoncé les « troubles et obstructions délibérés des services de renseignement des mollahs (Vevak) et de leurs agents dans le transfert hors d’Irak des habitants de Liberty » vers d’autres pays (communiqué du CNRI du 29 septembre 2013).

Comme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, l’a déclaré le 19 septembre au siège européen des Nations Unies : « La véritable intention du régime des mollahs n’est pas que l’OMPI quitte Achraf ou l’Irak. Il est déterminé à éliminer physiquement l’Ompi ou à obtenir sa capitulation. Il n’y a pas de troisième option (…) les autorités du régime des mollahs ont clairement dit que ce mouvement doit être rayé de la surface de la Terre et de tout pays qui l’accueille. »

Le quotidien Kayhan de Khamenei a écrit à ce sujet le 21 septembre : « La République islamique d’Iran ne doit en aucun cas permettre à un pays d’accueillir ce groupuscule terroriste sur son sol et si cela se fait, il devra s’attendre à des conséquences politiques, économiques et peut-être de sécurité. » Auparavant, des responsables et des médias du régime des mollahs avaient menacé le gouvernement albanais que «des pays des Balkans seront à l’avenir témoins d’attentats à la bombe et de sabotages qui serviront les intérêts des États-Unis et du régime sioniste. » (Chaine d’information des mollahs le 17 mai 2013)

Depuis ces menaces, le sinistre Vevak s’efforce d’envoyer ses agents en Albanie comme réfugiés sous le couvert bien connu d’ « ex-membres de l’Ompi ». L’objectif principal de la Gestapo religieuse est de saboter le processus de transfert des membres de l’OMPI dans ce pays via l’espionnage, le montage de dossiers juridiques et des falsifications.

Un de ces agents du nom d’Ehsan Bidi est entré en Albanie le 16 octobre 2013, sous le couvert de réfugié et «ex- membre de l’Ompi » muni d’un passeport iranien délivré par le Vevak. Ce passeport, numéro de série 16359072, délivré le 27 janvier 2013 et valable cinq ans, montre clairement que la qualité de réfugié de cette personne est totalement dénuée de sens.

Les représentants de l’OMPI et les conseillers juridiques du camp Liberty ont présenté leurs objections à ce sujet aux représentants du HCR le 21 octobre. En outre, dans sa lettre du 27 octobre 2013, le représentant des Achrafiens à l’extérieur de l’Irak a signalé l’affaire aux autorités du HCR à Genève en fournissant le passé et les contacts de cet élément avec le Vevak des mollahs.

Bidi, dont certains parents ont été exécutés en raison de leur soutien à l’OMPI, est arrivé à Achraf, en Irak, en 2002. En 2003 et 2004, sa mère et son frère sont allés d’Iran à Achraf où ils ont passé plusieurs jours avec lui pour l’encourager à y rester. Avant de quitter l’Iran, il avait été arrêté à deux reprises pour des infractions ordinaires et il a tenté de gagner la confiance de l’OMPI. Cependant, après les attaques des 28-29 juillet 2009 et du 8 avril 2011, il n’a plus été en mesure de supporter la situation et une fois transféré au camp Liberty, le 19 avril 2012, il s’est livré aux forces irakiennes et s’est rendu à l’hôtel Mohajer qui est contrôlé par des éléments du Vevak et de la force terroriste Qods. Il a ensuite été utilisé par le régime dans des scénarios et des mises en scène organisés par l’ambassade des mollahs contre les habitants d’Achraf et de Liberty. Parallèlement, le Vevak a diffusé des informations sur la présence de Bidi à l’hôtel Mohajer par haut-parleurs et sur des pancartes tout autour d’Achraf.

Le 28 avril 2012, une branche du Vevak (appelée Fondation Sahar) créée après le transfert de la protection d’Achraf aux forces irakiennes en vue de réprimer l’OMPI, écrivait : « Ehsan Bidi a été le premier à s’échapper justement du camp temporaire de réfugiés de Liberty pour gagner les forces de la police irakienne. »

Utilisant la culture et les expressions bien connues de ses «infâmes soldats», la Gestapo des mollahs citait Bidi : «Je savais bien que les dirigeants de la secte ne seraient arrivé à leurs objectifs funestes qu’en versant mon sang et celui de mes amis et qu’ils n’accordent pas la moindre valeur à la vie des êtres humains (…) mon seul souhait est qu’un jour les dirigeants de la secte soient jugés pour leurs crimes contre la jeunesse iranienne et que mes autres amis qui aspirent à la liberté, échappent à cette secte. » Cette branche du Vevak rapportait également le 19 mai 2012 : « Des familles nouvellement arrivées qui voulaient aller à la Cité de la Liberté [mise en place par des éléments du Vevak] près de la base de la secte d’Achraf, ont rencontré un certain nombre de ceux qui avaient récemment quitté la secte Radjavi, dans un hôtel près de Bagdad. MM Ehsan Bidi et Ghorbanali Hossein Nejad – et un certain nombre d’autres personnes qui ne souhaitaient pas que leurs noms et photos soient divulgués, se sont assis pour discuter avec les familles (…) » En plus de Ghorbanali Hossein-Nejad, Bidi a été en contact avec un autre agent appelé Saïd Nasseri à l’hôtel du Vevak à Bagdad. Nasseri est l’homme qui, après l’attaque des 28 et 29 juillet 2009, se rendait en uniforme irakien interroger les 36 otages d’Achraf pour en tirer des informations.

Dans une autre information fausse et absurde diffusée par ses sites, le Vevak a cité Ehsan Bidi qui affirmait : «Il y a quelques années, des gens de l’organisation ont approché ma famille et déclaré que pour m’envoyer hors d’Irak et me trouver un avocat, ils avaient besoin de 50 millions de tomans que ma famille devait payer et au cas où cette somme ne serait pas versée, je n’aurais aucun avocat pour suivre mon dossier, je ne serais pas transféré hors d’Irak et je resterais dans l’incertitude (…) heureusement, ma famille a été très intelligente et n’a pas cédé à la demande odieuse de cette secte destructrice.»

Vers l’automne 2012, Bidi est allé en Turquie et de là en Egypte avec un faux passeport. Cependant, les autorités égyptiennes ont eu des soupçons et l’ont arrêté. En prison en Egypte, il était en contact avec la représentation du régime dans ce pays et Hadj Nasser, un responsable du Vevak à l’ambassade des mollahs à Bagdad, utilisé pour lui envoyer de l’argent via la représentation du régime en Egypte. Le Vevak a ensuite tenté d’utiliser ses hommes pour envoyer Bidi en Autriche, en Finlande ou au Danemark, mais en dépit d’accords préliminaires, les organismes compétents de ces pays ont refusé d’accepter cet élément dont le parcours était connu. Il a donc été renvoyé en Irak. Pendant un certain temps, rien n’a filtré sur lui à Bagdad, mais plus tard, il est allé de nouveau en Turquie et de là en Roumanie, puis en Albanie avec un passeport délivré par le Vevak.

La commission de la Sécurité et de la lutte contre le terrorisme du CNRI attire l’attention du gouvernement albanais et du HCR sur les activités du régime des mollahs en Albanie et demande l’expulsion de cet élément. Une copie de son passeport iranien est jointe.

La commission la Sécurité et de la lutte contre le terrorisme rappelle le communiqué du CNRI du 13 octobre 2013 sur les éléments et mercenaires du Vevak qui se font passer pour des réfugiés et appelle une fois de plus les pays européens et le HCR à empêcher les agents des mollahs d’abuser du titre et des facilités accordées par l’asile politique. Il convient de rappeler en outre qu’en avril 1997, après le jugement rendu en Allemagne sur les assassinats du Mykonos, qui jugeait le guide suprême du régime, le président, le ministre des Affaires étrangères et le ministre du Renseignement responsables du meurtre d’opposants, l’Union européenne avait exigé dans une résolution l’expulsion des agents du Vevak de ses États membres.

Commission de la Sécurité et de la lutte contre le terrorisme
du Conseil national de la Résistance iranienne – Le 2 décembre 2013

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe