mardi, novembre 29, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueIran : Les députés des mollahs veulent accélérer le processus d'exécution des...

Iran : Les députés des mollahs veulent accélérer le processus d’exécution des manifestants

Maryam RadjaviAppel international de Maryam Radjavi pour empêcher l'exécution des prisonniers et des détenus politiques du soulèvement national

CNRI – Le 4 janvier, un groupe de 36 parlementaires du régime iranien affiliés à la faction d'Ali Khamenei a présenté un projet de haute priorité au Majlis appelant à accélérer le processus d'exécution des manifestants emprisonnés. Ces 36 députés sont dirigés par Rouhollah Hosseinian, un proche associé d’Ahmadinejad, le président des mollahs.

Le projet de loi stipule : « Compte tenu de la nécessité d'examiner d'urgence les charges de fauteurs de troubles, de punir les coupables et de prendre des mesures préventives revêtant une importance particulière, le projet de loi suivant est présenté en première priorité (…) pour les charges liées aux troubles de l'ordre public, si l'accusé est reconnu Mohareb (en guerre contre Dieu), la période d'enquête sera ramenée de 20 à 5 jours. » Hossein Fada’i, un responsable de la prison de Kahrizak, fait partie des députés ayant présenté le projet de loi.

Mohseni Ejei, le procureur général du régime et ancien ministre du Renseignement (Vevak) a déclaré hier : « Ceux qui se révoltent contre l'ordre juste (le régime), l'Imam de droit et guide suprême de droit, seront selon la charia condamné à mort. » (Agence de presse officielle Mehr, 4 janvier)

Le 30 décembre, Ebrahim Raïssi, n°2 du pouvoir judiciaire et membre du « comité de la mort » qui avait massacré 30.000 prisonniers politiques en 1988 sur ordre d’une fatwa de Khomeiny, avait déclaré à la télévision d'Etat : «quiconque se dresse contre le régime islamique mène une guerre contre Dieu … Utiliser des bâtons ou jeter des pierres [dans des attaques] sont également considérés comme les actes de guerre contre Dieu et punis de mort. » Le même jour, Alamalhoda, imam du vendredi de Machad, au nord-est de l’Iran, et membre de l'Assemblée des Experts des mollahs, a déclaré : « Quiconque collabore avec l'OMPI est en fait en guerre contre Dieu. » Il a taxé les « agitateurs de la journée de l'Achoura» de «fantassins» de l'OMPI et souligné que «selon le verdict de l’imam (Khomeiny), ceux qui ont créé le chaos pour l’Achoura font partie de ceux qui mènent une guerre contre Dieu. »

Mostafa Mohammad Najjar, ministre de l'Intérieur du régime, Esmail Ahmadi-Moghadam et Ahmad-Reza Radan, commandant en chef et en second des Forces de sécurité de l'Etat (FSE), ainsi que les autres chefs des forces répressives, ont également accusé les participants aux rassemblements et aux manifestations d’être en guerre contre Dieu et ont demandé un châtiment rapide.

Le régime des mollahs tente en vain d'empêcher la poursuite et le développement du soulèvement national en Iran par des intimidations, des menaces, des exécutions, des crimes et des mesures répressives. Tout cela ne fera que renforcer la détermination du peuple iranien à renverser la dictature religieuse.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a estimé que ces appels reflètent clairement l'échec catastrophique du régime à contenir le soulèvement. Elle a mis en garde contre l'exécution des prisonniers politiques et des détenus du soulèvement.

Elle a appelé le Secrétaire général des Nations Unies, le Conseil de sécurité de l’ONU, le Haut Commissaire aux droits de l'homme et les autres organismes internationaux compétents à condamner les violations barbares des droits de l'homme en Iran et l'adoption de décisions contraignantes pour empêcher l'exécution des prisonniers politiques.

Des milliers de personnes ont été arrêtées lors des émeutes dans le pays ces derniers mois, beaucoup sont sous la torture et dans une situation extrêmement critique.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 5 janvier 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe