mardi, février 7, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran : des protestations à travers la province

Iran : des protestations à travers la province

Téhéran, 4 novembre 2009CNRI – Aujourd’hui, diverses villes de province en Iran ont été le théâtre de manifestations avec la participation de nombreux jeunes, et d’affrontements avec les forces de sécurité.

A Machad (nord-est), les étudiants de la faculté Ferdoussi ont battu le pavé aux cris de « Mort au dictateur », « dictateur, dictateur, c’est notre dernier message, le front étudiant s’est soulevé ».  Des cortèges très actifs ont aussi défilé près du quartier de Vakil Abad, sur la place Ab et dans la rue Khosravi.

A Ispahan (centre), les rues Chahar-Bagh, 33-Pol et Darvazeh-Chiraz, ont vu défiler des milliers de protestataires scandant « Mort au dictateur ». Une multitude d’agents de sécurité ont chargé la foule, frappant à la tête et au visage pour pouvoir identifier par la suite les blessés et les arrêter.

A Tabriz, (nord-ouest) ils étaient des milliers à manifester au carrefour Abressan. Des milliers d’étudiants ont aussi mené un rassemblement de protestation dans l’enceinte de l’université. Les forces anti-émeutes épaulés des agents de sécurité ont réprimé les étudiants qui se trouvaient devant l’établissement.

A Oroumieh (nord-ouest), habitants et étudiants se sont retrouvés sur la place Khayam pour protester. Ils ont affronté la charge particulièrement violente des forces de sécurité.

A Lahidjan (dans le nord) la manifestation a commencé du côté de l’université libre et Payam Nour. Etudiants et habitants ont conspué le régime dans les rues Chohada et Azadegan.

A Ghazvine (ouest de Téhéran), près de 2000 étudiants et habitants ont manifesté dans le parc Chaghayegh. Les étudiants ont accueilli sous les huées et des slogans hostiles Ali-Reza Afchari, adjoint du ministre de la Culture du régime, venu prononcer un discours à l’occasion du 4 novembre. Il est reparti plus vite qu’il n’était arrivé.

A Ilam (ouest) les forces de sécurité arrêtaient ceux qui filmaient la manifestation. Les agents ont tiré des balles en plastique sur la foule et ont chargés à coups de matraques pour tenter de la disperser. Ils ont pourchassé les étudiants de ruelle en ruelle, de maison en maison pour les arrêter.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 4 novembre 2009