mardi, novembre 29, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran : Des commandants des pasdaran nommés aux postes clés du Conseil...

Iran : Des commandants des pasdaran nommés aux postes clés du Conseil suprême de sécurité nationale

ImageLe régime des mollahs déclare la guerre à la communauté internationale

CNRI, 28 Septembre – Ces dernières semaines, le guide suprême Ali Khameneï, a nommé plusieurs commandants des pasdarans à des postes clés du Conseil suprême de sécurité nationale (CSSN), le plus haut organe de décision de la théocratie.

Le secrétariat du CSSN qui était auparavant composé de comités consultatifs a été transformé en plusieurs directoires, devenant un organe de prise de décision doté de vastes pouvoirs exécutifs.

Mahmoud Ahmadinejad, à la tête du CSSN, opère sous la supervision totale du guide suprême. Son secrétaire, le général Ali Laridjani, a été à la tête de la radiotélévision pendant dix ans où il a eu la responsabilité directe de la censure.

Au cours des semaines passées, le général Mohammad Ali Jafari, le général. Seyyed Ali Hosseini-Tash et le commandant des pasdarans Seyyed Ali Monfared ont été nommés à la tête de la direction de la sécurité interne, de la direction stratégique et de la direction politique. Le commandant des pasdarans Ali Aghamohammadi est le porte-parole du CSSN.

Jafari a dirigé la garnison Ramadan, chargée des opérations extraterritoriales. Il compte parmi les fondateurs de la force terroriste Qods (Jérusalem). Il a joué un rôle majeur dans l’assassinat du Dr. Abdurrahman Ghassemlou à Vienne en 1989 et a été quelques temps commandant du contre-espionnage des pasdarans. Le général Hosseini-Tach a secondé l’ancien ministre de la défense Ali Chamkhani et a été chargé des armes de destruction massive et du programme nucléaire. Monfared est un ancien commandant des pasdarans et parmi les fondateurs du ministère des renseignements  et de la sécurité (Vevak).

En faisant ces nominations, Khameneï cherche à faire face aux soulèvements croissants de la population, à se doter le plus rapidement possible de l’arme atomique et à intensifier son ingérence en Irak. Les nouvelles autorités ont un long passé de répression de la population en Iran, d’implication dans les programmes atomiques et balistiques ainsi que dans l’exportation du terrorisme.

Ces changements en parallèle avec l’ascension d’Ahmadinejad à la présidence et la formation de son gouvernement de 21 ministres, dont 13 sont des commandants des pasdaran, revient à une déclaration de guerre du Guide suprême contre le peuple iranien et la communauté internationale. Cela montre combien il est nécessaire d’adopter une politique de fermeté vis-à-vis de la menace que pose ce régime.

Le secrétaire du CSSN Aghamohammadi a déclaré à l’agence de presse officielle IRNA, le 17 septembre: “Nous avons même envisagé le pire des scénarios (une attaque militaire contre nous). Nous avons même évalué la manière d’atteindre les intérêts (occidentaux) et nous ne prendrons pas de faibles mesures dans ce domaine. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 28 septembre 2005

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe