jeudi, février 9, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran - appel à une enquête internationale au sujet de la torture...

Iran – appel à une enquête internationale au sujet de la torture des prisonniers politiques sunnites avant leur exécution

Iran - appel à une enquête internationale au sujet de la torture des prisonniers politiques sunnites avant leur exécution

La Résistance iranienne appelle les organes internationaux des droits de l’Homme, particulièrement la trente-troisième session du Conseil des droits de l’homme qui aura lieu le mois prochain à Genève, à une enquête internationale sur la torture brutale des prisonniers politiques sunnites avant leur exécution massive du 2 août. L’exécution des prisonniers politiques particulièrement après leur torture est un crime contre l’humanité et contre lequel le silence est absolument inacceptable.

Le 1er Août, ces prisonniers, alors qu’ils étaient enchaînés, leurs bouches bâillonnées et des capuches sur leurs têtes, ont été déplacés du quartier cellulaire par les sbires. Des rapports indiquent qu’ils ont ensuite été sévèrement torturés à tel point que, selon leurs familles, des signes de torture étaient assez apparents sur leurs corps. Leurs corps étaient couverts d’hématomes en raison des coups, les mains et les pieds de certains d’entre eux étaient cassés, et leurs os étaient saillants. Le ministère du Renseignement (MOIS) a menacé les familles leur interdisant de rendre publique l’information ou d’organiser une cérémonie pour leurs fils.

La branche du ministère des renseignement (Vevak) à Sanandaj, a aussi sommé et menacé de nombreuses personnalités religieuses et des manifestants qui réagissaient contre l’exécution des prisonniers, affirmant qu’ils ne sont pas autorisés à publier des communiqués ou à rencontrer leurs familles.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 17 août 2016

 

Lire aussi: 

Iran: Les noms des 25 prisonniers politiques sunnites exécutés en masse

Iran : le couloir de mort pour 7 jeunes, mineurs au moment de leurs arrestations