samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRIIran : Appel à sauver cinq prisonniers politiques en grève de la...

Iran : Appel à sauver cinq prisonniers politiques en grève de la faim

Iran Sunnites kurdesCNRI – La Résistance iranienne appelle à sauver cinq prisonniers politiques de Ghezel-Hessar et Gohardacht dans la ville de Karaj (banlieue de Téhéran).

Elle demande également à toutes les autorités internationales et organisations des droits humains de prendre des mesures urgentes pour faire aboutir les demandes de ces prisonniers, faire cesser les pressions inhumaines à leur encontre, et annuler la peine de mort de quatre d’entre eux.

sunnites kurdes, Hamed Ahmadi, Kamal Malaï, et les frères Jamshid et Jahangir Dehghani sont dans un état désastreux en raison de leur grève de la faim depuis 35 jours. Ils ont été condamnés à mort uniquement pour leurs croyances religieuses et accusés de « propagande contre l’État, de corruption sur Terre et guerre contre Dieu ». Ils ont entamé leur grève de la faim après avoir été transférés de Gohardacht à la prison de Ghezel-Hessar pour y être exécutés. Ces quatre prisonniers avaient déjà suivi une grève de la faim pendant 75 jours, il y a quatre mois et demi pour protester contre leur peine de mort.

Les quatre grévistes ont perdu 10 à 15 kg et leur tension a chuté à 6-8. Ils ont tous perdu connaissance plusieurs fois et la durée de leur perte de conscience a également augmenté. En plus de tortures psychologiques, ils souffrent de douleurs dans le bas du dos et les reins, de troubles de la vision et de graves saignements de l’estomac. Ils portent les vêtements des condamnés à mort et subissent des humiliations. Ils sont incarcérés dans des cellules obscures et étroites sans la moindre facilité. En pleine chaleur d’été, les gardiens évitent de donner de l’eau froide à ces prisonniers qui font aussi le ramadan, même au moment de la rupture du jeûne. Pour justifier leur comportement inhumain, les gardiens ont dit aux prisonniers : « nous n’avons aucune responsabilité vis-à-vis de vous, parce que vous avez été amenés ici seulement pour être exécutés. »

Les agents du régime tels que Khodabakhchi, le juge de la prison, Sohrab Soleimani, directeur général des prisons de Téhéran, et Ali Hosseini, directeur de Ghezel-Hessar; ne donnent pas de réponse aux requêtes des familles de ces prisonniers, et se contentent de leur faire perdre du temps en leur donnant de fausses réponses.
Reza Shahabi
La condition physique de Reza Shahabi, prisonnier politique et membre du syndicat des chauffeurs de bus de Téhéran, s’est également détériorée en raison de sa grève de la faim depuis 48 jours. Ces derniers jours quand il a été hospitalisé dans un état très grave, il avait les mains menottées dans son lit. Reza Shahabi est en grève de la faim depuis le 1er juin. Il proteste contre son transfert de la section 350 de la prison d’Evine à Gohardacht. Les agents de renseignement ont interdit les visites de sa famille. Il est gravement blessé à la taille et au cou en raison des tortures, mais les tortionnaires ne lui permettent pas d’être opéré malgré la recommandation des médecins.

Dans l’intervalle, Mohammad Amine Agoushi, prisonnier politique et enseignant à la retraite, a été transféré à la cellule d’isolement, qui est une salle de torture, la semaine dernière. Il a entamé une grève de la faim le 8 juillet pour protester contre son envoi à la prison centrale de Zahedan dans le sud-est de l’Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 juillet 2014

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe