mercredi, novembre 30, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : 82 exécutions en moins de deux semaines dans 19 villes

Iran : 82 exécutions en moins de deux semaines dans 19 villes

Appel à des sanctions globales et à traduire en justice les dirigeants du régime pour crimes contre l’humanité

Le cycle infernal des exactions en Iran a atteint de nouveaux sommets avec 82 exécutions en moins deux semaines. Elles ont eu lieu par pendaison en prison ou en public. D’autres ont lieu en secret sans que rien ne filtre.

Le 19 février, 20 prisonniers ont été mis à mort dans deux exécutions collectives dans les prisons de Gohardacht et de Ghezel-Hessar ; le 20 février, 8 prisonniers ont été pendu ensemble à Khoramabad, 5 autres à Kermanchah, Arak et Ahwaz ; les 20 et 23 février, 9 prisonniers ont été pendus à Kerman ; les 21 et 27 février, 5 autres à Machad ; du 22 au 26 février, 3 prisonniers, dont deux frères (trois autres frères de cette famille sont dans le couloir de la mort) ont été pendus à Yazd, 4 prisonniers à Racht, 3  détenus à Ghazvine, 2 autres à Oroumieh et un autre à Behbahan.

Par ailleurs, entre le 27 février et le 3 mars, un prisonnier a été pendu à Kachan, 2 à Sari, 4 à Gatchsaran, et 4 à Nehbandan dans la province de Khorassan Sud, un à Semnan et 2 autres à Mianeh.

 

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a estimé que ce cycle infernal d’exécutions arbitraires reflète la faiblesse et le désarroi total du régime devant la montée du mécontentement populaire, notamment à l’approche du traditionnel festival du feu qui marque la fin de l’année iranienne.

La vague d’exécutions publiques de ces derniers jours, a déclaré Mme Radjavi, qui a lieu sur ordre de Khamenei, doit être considérée comme un crime organisé du régime pour bloquer la respiration politique de la société iranienne, a-t-elle estimé. Ces condamnations à mort prononcées sous n’importe quels prétextes rendus par la justice des mollahs, sont illégitimes et injustes. La justice criminelle et corrompue du régime du guide suprême est dépourvue de toute légitimité et compétence. »
 
La présidente élue de la Résistance iranienne a également appelé les Iraniens à protester collectivement contre ces exécutions et à soutenir les familles des condamnés pour empêcher leur pendaison.

Les mollahs tirent profit du silence des Nations-Unies et de l’attitude complaisante des pays occidentaux, notamment les implorations répétées des États-Unis pour négocier directement avec le régime, pour intensifier leurs crimes, a déploré Mme Radjavi. Au lieu de continuer cette politique honteuse, l’ONU et les pays occidentaux doivent soumettre le dossier des violations des droits humains en Iran devant le Conseil de sécurité des Nations-Unies et traduire en justice Khamenei, le guide suprême des mollahs, pour crimes contre l’humanité.

Elle a ajouté : Dans ces circonstances, continuer à négocier et persister dans la politique de complaisance, revient à fouler aux pieds les principes humains élémentaires et à devenir complice des les exécutions, des tortures et de la répression du peuple iranien.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 5 mars 2013

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe