mardi, février 7, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: FemmesIran : 21 prisonniers, dont deux femmes, pendus à Chiraz et à...

Iran : 21 prisonniers, dont deux femmes, pendus à Chiraz et à Machad

Maryam Radjavi : L’Union européenne porte une lourde responsabilité en gardant le silence face à ces crimes contre l’humanité

235 prisonniers pendus ces 8 derniers mois selon les médias officiels

Les bourreaux des mollahs ont pendu aujourd’hui 17 prisonniers à Machad, dans le nord-est du pays, a annoncé la télévision d’Etat, accusés d’être des « corrompus sur Terre ». Il s’agissait de Massoumeh Aramideh, Rahandel Chiri, Gholam-Hossein Saljoughi, Hossein Gholami, Seyed Hossein Hosseini, Reza Davoudi, Mohsen Afchar-Barji, Hassan-Reza Saidi, Esmaïl Khochkerdar, Charaf-aldine Golmajdi, Mahmoud Hafezi-Far, Mohammad Sara’i, Javad Khayat-Azad (alias Khayatzadeh), Reza Jafari-Zadeh, Ali Naderian et Mohammad Saïd Zabi-Allah-Habibi.

Le régime a pendu quatre autres prisonniers identifiés comme Mohammad Ali Qassemi, Alireza Bar-Aho’i, Gaz-Ava Mahmoudzehi et Abdulrassoul Qorbanzadeh à Chiraz, dans le sud. Le vice-procureur de la province de Fars, Abdulnabi Najibi a dit que « [les exécutions] garantiront une sécurité publique durable ». 

Le nombre total des exécutions dans les huit mois passés a plus que doublé par rapport à la même période l’an dernier selon les médias d’Etat. Dans la même période un certain nombre de prisonniers politiques ont été exécutés sous couvert de droits communs.   

La présidente élue de la Résistance iranienne, Mme Maryam Radjavi a qualifié l’escalade des exécutions, en particulier ces deux derniers mois, de tentative désespérée par le régime pour combattre avec la montée des soulèvements populaires en Iran. Elle a souligné que la politique de complaisance des gouvernements de l’UE qui s’est particulièrement reflétée dans la décision du 28 juin 2007 de maintenir les Moudjahidine du peuple d’Iran (l’OMPI) sur la liste des organisations terroristes, a encouragé le régime à poursuivre ses crimes. L’Union européenne porte une lourde responsabilité en gardant le silence face à ces crimes contre l’humanité en Iran.

Mme Radjavi appelle le Secrétaire général de l’ONU et le Haut commissaire pour les droits de l’homme – durant la visite de laquelle se sont déroulées ces exécutions –  à condamner les violations brutales des droits de l’homme et le nombre croissant d’exécutions en Iran. Elle a aussi appelé au renvoi du dossier des droits de l’homme des mollahs, avec de nombreux cas de crimes contre l’humanité, devant le Conseil de sécurité de l’ ONU pour l’adoption de mesures contraignantes contre le régime.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 5 septembre 2007