vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: NucléaireEvaluation du rapport de l'AIEA sur l'Iran

Evaluation du rapport de l’AIEA sur l’Iran

Les réponses du régime iranien aux questions de l’AIEA sur les équipements contaminés et le Polonium 210 sont absolument fausses et fabriquées

Les documents que le régime des mollahs a fournis à l’AIEA ne sont que des fabrications et des tours de passe-passe pour justifier ce qui a déjà été dévoilé. Ces documents et ces allégations n’ont aucune crédibilité et ne prouvent rien.

CNRI – La commission de la Défense et des Études Stratégiques (CDES) du Conseil national de la Résistance iranienne a rendu publique son évaluation du récent rapport de l’AIEA sur le programme nucléaire du régime clérical dans une vingtaine de paragraphes aujourd’hui.

Le document souligne que « le rapport de l’AIEA du 22 février 2008, sur les projets nucléaires du régime iranien contient des points très importants sur les efforts du régime pour acquérir la bombe atomique. A la lumière des points soulevés dans le rapport, l’adoption de sanctions complètes contre le régime s’avère plus que jamais nécessaire. » Cependant il déclare : « le Rapport contient certaines erreurs inacceptables qui requièrent de sérieuses modifications. » La CDES considère que les erreurs sont dues principalement aux efforts importants du régime pour dissimuler ses projets et induire en erreur l’AIEA dans un contexte de considérations spéciales du Directeur général de l’AIEA.

La commission du CNRI stipule que « les documents et le raisonnement que le régime clérical a fournis à l’AIEA dans divers secteurs, ne sont essentiellement que des fabrications et des tours de passe-passe pour justifier ce qui a déjà été révélé. Ces documents et allégations sont dénués de toute crédibilité et ne prouvent rien. Le rapport de l’AIEA  montre de façon éclatante qu’il n’existe aucun document indépendant pour corroborer les allégations du régime. »

La commission croit que pour « les équipements contaminés avec de l’uranium hautement enrichi trouvés dans une université technique", et les activités de l’ancien chef du "Centre de Recherches de Physique", le régime a induit en erreur et sérieusement trompé l’AIEA.

Le site que le régime décrit comme un "Centre de recherches de Physique" est le site Lavizan-Shian, le centre de recherche en armes nucléaire révélé par la Résistance iranienne en 2003. Ce que le régime présente comme  le "Centre de recherches de Physique," et "l’Institut de Physique Appliquée" à l’AIEA n’ont jamais existé. Ce sont des noms factices pour tromper l’AIEA.

Les équipements trouvés dans l’université technique, ainsi que les centrifugeuses dans le centre de recherches de l’Organisation de l’énergie atomique de l’Iran (OEAI) à Vanak ont été transférés de Lavizan-Shian dans ces installations.

« On ne sait pas pourquoi la réponse aux questions de l’AIEA, qui n’ont rien de nouveau et dont tous les éléments sont à la disposition du régime, a pris autant d’années et pourquoi le régime n’y a pas répondu plus tôt ? », s’interroge la CDES.

La CDES critique aussi le rapport de l’AIEA pour n’avoir pas révélé l’identité d’individus, notamment de l’ancien patron du « Centre de recherches de Physique ». Il rappelle aussi que si ces  identités avaient été révélées, il aurait été possible de vérifier les informations de la Résistance iranienne et de dénoncer les mensonges des mollahs.

Quand à la question du Polonium 210, la réponse du régime faite à l’AIEA comme quoi « l’OEAI a mené des travaux de recherche en 1988 pour obtenir du Polonium en vue de l’utiliser dans des batteries d’Isotope mais ce projet a été arrêté plus tard et écarté », est un pur mensonge. La commission indique que la recherche sur la mise au point du dispositif de mise à feu de la bombe atomique avec du Polonium 210 et du Béryllium, sous la supervision du site Mojdeh a suivi un processus continu. Le 20 février, la Résistance iranienne a révélé un centre de commandement et de contrôle de production de la bombe atomique.

Evoquant les articles 41 et 52 du rapport de l’AIEA, la CDES  exprime sa déception : « Si l’AIEA ne désire pas que les noms et les détails de ces organes et individus concernés soient rendus publics et transféré au domaine public, il est très opportun que le Directeur général de l’AIEA les partagent avec le Conseil national de Résistance pour que les détails de ces activités et le rôle de ces organes et individus dans le projet nucléaire et d’autres aspects des armes de destruction massive du régime soient vérifiés et établis aussi rapidement que possible. »

Les mensonges et la tromperie avec lesquels le régime a alimenté l’AIEA ces quatre dernières années sont que « la seule organisation qui a été et reste impliquée » est l’Organisation de l’énergie atomique de l’Iran (OEAI) (rapport de février 2008 le de l’AIEA –  paragraphe 38). Mais en fait, comme la Résistance iranienne l’a dit en apportant des documents irréfutables, c’est que le CGR et le ministère de la Défense sont impliqués dans la production des armes nucléaires et que le régime clérical a utilisé l’OEAI comme une couverture pour ses activités illégales.

La CDES appelle l’AIEA à préparer un complet sur le programme nucléaire du régime des mollahs sans aucune considération politique ni diplomatique. Elle a ajouté que le rapport devrait contenir les points suivants : l’Inspection de tous les centres nucléaires du régime, y compris les centres révélés par la Résistance iranienne; l’interrogatoire de tous les experts et individus impliqués dans les projets nucléaires et de toutes les autorités et décideurs concernés, sans s’appuyer uniquement sur les allégations et les documents fournis par le régime iranien.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 1 mars 2008

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe