samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRIEtat grave des prisonniers politiques blessés à Evine dans leur deuxième semaine...

Etat grave des prisonniers politiques blessés à Evine dans leur deuxième semaine de grève de la faim

Appel à des mesures urgentes pour les soigner

CNRI – La Résistance iranienne met en garde contre l’état critique des prisonniers politiques d’Evine confinés en isolement et souligne la nécessité de mesures internationales urgentes pour les sauver.

Ils se trouvent dans des conditions épouvantables en raison des blessures qui leur ont été infligées lors du raid violent des pasdarans et des agents du renseignement et des dix jours de leur grève de la faim. Les autorités les privent de tout soin et s’abstiennent de la moindre information à leur sujet.
• Gholam-Reza Khosravi-Savadjani dans le raid du 17 avril a été violemment tabassé. Ils lui ont brisé ses lunettes sur le visage, il souffre d’une blessure à la tête, a perdu beaucoup de sang, a le tympan droit déchiré et le corps noir d’ecchymoses.
• Javad Foulad-Davand est blessé à la tête, à l’œil droit et au pied gauche, et il a perdu du sang. Il a le corps couvert d’ecchymoses.
• Reza Akbari Monfared a une fracture du crâne et des côtes.
• Mohammad-Sedigh Kaboudvand, atteint d’une maladie cardiaque, a été blessé au bras et aux côtes.
• Samkou Khalghati a des côtes brisées et a été blessé à la nuque.
• Soheil Babadi a été blessé au poignet et a le corps couvert d’ecchymoses.
• Behnam Ebrahimzadeh, Saïd Matine-Pour, Mohammad Amine Hadavi, Behzad Arab-Gol, Mohammad Chodjaï, sont d’autres prisonniers mis à l’isolement qui ont besoin de soins médicaux en raison de leurs blessures et de leur grève de la faim.

Cette situation ne se limite pas aux détenus en isolement. D’autres blessés dans la section 350 ont aussi un besoin urgent de soins. Ils en sont aussi à leur deuxième semaine de grève de la faim.
• Assadollah Hadi, qui vient juste d’être opéré à cœur ouvert, avait été ramené de l’hôpital à la prison. Après le raid violent, il a été jeté au cachot dans un état si critique que les autorités ont dû le ramener à la section générale, mais elles se sont abstenues de l’hospitaliser malgré la gravité de son état et son âge avancé.
• Hossein Ronaghi qui a contracté plusieurs maladies sous la torture, comme une infection rénale, a été blessé à la tête et au bras lors du raid. L’état de ses reins s’est aggravé dans les conditions du cachot. Il a une fièvre élevé. Il a été conduit à l’infirmerie de la prison mais n’y a reçu aucun des soins nécessaires.
• Aucune information n’a filtré de l’état d’Omid Behrouzi, avocat des derviches Gonabadi qui a perdu beaucoup de sang en raison d’une blessure à une veine du bras, ni d’Ismaël Bozorgui qui a eu des côtes brisées.

Maryam Radjavi, Présidente élue de la Résistance iranienne, a appelé les USA, l’UE et l’ONU, ainsi que l’ensemble des organes concernées à agir de toute urgence pour que tous les prisonniers sortent du cachot et reçoivent des soins médicaux et hospitaliers, tout comme leurs familles. Elle leur a demandé que soit menée une enquête indépendante internationale sur ce raid à la prison d’Evine ainsi que des inspections régulières et constantes du CICR dans les prisons. Elle les exhorte à renvoyer le dossier des violations des droits humains en Iran devant le conseil de sécurité de l’ONU et de subordonner leurs relations politiques et économiques avec le régime iranien à l’arrêt des exécutions et de la torture et à l’application des résolutions de l’ONU sur les violations des droits humains en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne – Le 26 avril 2014

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe