samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Plus de 84.400 décès dus au coronavirus dans 369 villes

Iran : Plus de 84.400 décès dus au coronavirus dans 369 villes

· Hossein-Ali Shahriari, président de la commission de la Santé du Majlis du régime : La seule façon de lutter contre le coronavirus est d’utiliser des masques, malheureusement, 40 à 50 % de la population n’ont pas les moyens d’en acheter. (Quotidien Entekhab, 6 août 2020)

· Le responsable des hôpitaux de Khomeiny-Chahr : Jusqu’à présent, 187 personnes sont mortes du coronavirus dans la ville, le personnel médical est épuisé, plusieurs médecins et personnels soignants ont été à nouveau infectés ces derniers jours et ont quitté le cycle des soins. (ISNA, 6 août 2020)

· Le gouverneur de Téhéran : La situation en rouge continue dans la province de Téhéran. La capitale et plusieurs autres villes sont dans le rouge. (IRNA, 7 août 2020)

· Selon la décision du centre national de lutte contre le coronavirus, les cimetières de Machad sont à nouveau fermés depuis le 13 juillet, et les enterrements sont limités à quelques parents. (IRNA, 7 août 2020)

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran a annoncé le 7 août 2020, que le nombre de décès dus au coronavirus dans 369 villes d’Iran a malheureusement dépassé les 84.400. Le nombre de morts dans les provinces de Khorassan-Razavi est de 6238, de Khouzistan 5882, de Mazandaran 3944, de Guilan 3527, de Lorestan 3440, de Sistan-Baloutchistan 2646, d’Alborz 2555, de Fars 2345, de Golestan à 2300, de Hamedan 2199, de Kermanshah 2050, de Khorassan du Nord 1237, de Hormozgan 1055, de Markazi 998, d’Ardebil 985, de Bouchehr 985, de Yazd 965, de Zandjan 790.

Comme la crise se poursuit dans la plupart des régions du pays, la question du paiement des soins des malades du coronavirus, pour la plupart issus de groupes à faibles revenus, est devenue un problème majeur. Un média officiel, Khabar-e-Fori, notant que le coût des soins d’un malade atteint du Covid-19 peut atteindre 5 millions de tomans selon le ministère de la Santé, a écrit hier : « Une grande partie des secteurs à faibles revenus n’ont ni emploi permanent, ni couverture maladie. Il est maintenant temps de se demander, avec la propagation du coronavirus, à quoi il faut s’attendre dans un avenir prévisible, étant donné les pertes d’emplois et la diminution des ressources des familles à faibles revenus ? Que doivent faire maintenant les patients qui ne peuvent pas payer les soins ou les familles pauvres qui se sont davantage appauvries en raison des coûts du traitement? »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 7 août 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe