dimanche, janvier 29, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : plus de 74.700 décès dus au coronavirus dans 347 villes

Iran : plus de 74.700 décès dus au coronavirus dans 347 villes

L’absence de budget, le manque d’équipement et de moyens médicaux, et l’épuisement du personnel médical, renforcent l’épidémie

Un député de Gonbad-Kavous au Majlis : on dirait qu’ils ont juré de tuer tout le monde

Le ministère de la Santé : le nombre de ville en état d’alerte a augmenté de 40%. Dans le Mazandaran les hospitalisations ont triplé.
 Un député de Gonbad-Kavous au Majlis : Les responsables ont appris à blâmer les gens pour tout. Jusqu’à quand les gens devront-ils attendre dans la file de la mort que les USI se libèrent ? Des gens sont morts par manque d’oxygène. Les médicaments rares se trouvent en abondance à des prix exhorbitants au marché noir, mais les gens n’ont même pas de quoi s’acheter un masque. On dirait qu’ils ont juré de tuer tout le monde. L’assurance maladie a coupé la sécurité des gens.
 Le député de Nahavand au Majlis critique le manque de scanner, d’IRM, d’ambulances et de cadre médicaux.
 La faculté de médecine d’Arak : Ces derniers jours le nombre d’hospitalisations et de décès à Arak a beaucoup augmenté. Si cela continue, en automne et en hiver, on ne pourra plus soigner les gens.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK) a annoncé le 22 juillet que le nombre de décès dus au coronavirus dans 347 villes d’Iran dépassait les 74.700. Le nombre de victimes dans les provinces de Khouzistan est de 5505, de Qom 4185, d’Ispahan 3450, de Guilan 3345, de Sistan-Balouchistan 2305, d’Azerbaïdjan oriental 2185, de Kermanchah 1865, du Kurdistan 1515, de Khorassan du Nord 1020, de Fars 845, de Bouchehr 795, de Markazi 795 et de Kohkilouyeh-Boyer-Ahmad 390.

La porte-parole du ministère de la Santé du régime a estimé le nombre de victimes de ces dernières 24 heures à 219 et le nombre de patients en soins intensifs à 3609. Elle a déclaré : « Le nombre de villes en état d’alerte a augmenté de 40%, et cela nous oblige à suivre davantage les protocoles dans ces villes et à imposer plus de restrictions (…) Par exemple, dans le Mazandaran, les hospitalisations quotidiennes ont triplé et dix villes ont été ajoutées aux villes rouges de cette province » (Shabakeh-Khabar, 22 juillet).

Alors que le régime refuse d’affecter un budget pour lutter contre le coronavirus, la situation dans les hôpitaux se détériore de jour en jour. Shahbazi, député de Nahavand au Majlis, a déclaré aujourd’hui : « Le manque d’équipement médical, comme compris scanners, des IRM, des ambulances, ainsi que le manque de personnel médical, en particulier de spécialistes des maladies infectieuses, ont contraint les gens à se rendre dans les villes voisines pour se faire soigner. » (Radio Farhang, 22 juillet).

La situation est telle que Chadmehr, député de Gonbad Kavous au Majlis, a déclaré : « Les responsables ont appris à blâmer les gens pour tout. Ils n’arrêtent pas. Que les responsables disent un peu ce qu’ils font et ce qu’ils ont fait. Combien ils ont fourni d’USI ? Combien de temps les gens devront-ils attendre dans la file de la mort que les USI se libèrent ? Combien ont-ils fourni d’oxygène ? Les gens meurent du manque d’oxygène. Qu’ils disent combien de médicaments ils ont fourni ? Des médicaments rares se trouvent à foison à des prix exorbitants au marché noir. Combien d’abris ou de tentes ont-ils fourni aux couches défavorisées de la société ? Combien de masque gratuit ont-ils donné? Combien de désinfectant ont-ils donné aux personnes démunies ? Les gens n’ont même pas de quoi s’acheter un masque. Qu’ils redescendent un peu sur terre, on dirait qu’ils ont juré de tuer tout le monde !!! L’assurance médicale a coupé la sécurité des gens. L’assurance rurale et maladie demande 800 000 tomans par personne pour être renouvelée. Pensez donc aux gens ! » (Agence de presse du Majlis, 22 juillet).

Rohani, qui jusqu’à présent démentait toute carence médicale ou de santé, a déclaré aujourd’hui que « le problème du coronavirus ne sera pas résolu de sitôt et nous avons encore un long chemin à parcourir (…) Dans les mois à venir, nous aurons plus d’hospitalisations que durant ces quatre ou cinq mois. (…) Dans cette situation, nous devons nous préparer en termes d’hôpital, en termes de lit, en termes de médecin, en termes d’infirmière, et sachez qu’il est prévu que la charge sur nos épaules soit encore plus lourde à l’avenir. »

Dans le Khorassan-Razavi, le sous-directeur à la santé de la faculté des sciences médicales de Sabzevar a déclaré: « Cette ville a dépassé le stade rouge en termes d’épidémie de coronavirus et se rapproche d’une situation critique. » (ISNA, 21 juillet).

En Azerbaïdjan oriental, le vice-président de la faculté des sciences médicales de Tabriz a déclaré: « Le nombre de morts en Azerbaïdjan oriental a considérablement augmenté. Il était sans précédent hier et a battu des records. » (Agence Mehr 21 juillet). « Un malade du Covid-19 sur quatre dans la province est hospitalisé dans une USI, a déclaré un autre responsable de l’université. 1 500 personnes travaillant au CHU de Tabriz ont été contaminées. » (Site Javan, 21 juillet).

Dans la province Markazi, le président de la faculté des sciences médicales d’Arak a déclaré : « Ces derniers jours, le nombre d’hospitalisations et de décès a beaucoup augmenté (…) La ville d’Arak est dans le rouge et dans une situation et dangereuse. Si cela continue, en automne et en hiver, on ne pourra plus soigner les gens. » (ISNA, 22 juillet).

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 22 juillet 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe