jeudi, décembre 1, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : plus de 117.900 décès dus au coronavirus dans 450 villes

Iran : plus de 117.900 décès dus au coronavirus dans 450 villes

· Alireza Zali, chef du centre national de lutte contre le coronavirus (CNLC) à Téhéran : Téhéran traverse les jours les plus amers de l’épidémie.

· Un membre de la commission de la Santé du parlement des mollahs : Près d’un mois après la réouverture des écoles, une vague croissante de coronavirus balaye le pays.

· Minou Mohraz du CNLC : Nous n’avons pas de lit libre en soins intensifs. Certains hôpitaux n’ont pas assez d’oxygène. Nous devons mettre en place un hôpital de campagne qui n’a toujours pas été créé.

· L’hôpital Chariati de Téhéran : Nous avions trois unités de soins intensifs et quatre salles d’hôpital pour les malades du coronavirus qui étaient vides; désormais elles sont pleines. Plus de 150 patients sont admis aux urgences et aux soins intensifs, plus de 50% du personnel soignant souffre du Covid-19.

· L’hôpital Loqman de Téhéran : Un tiers du personnel a perdu la vie ou a attrapé le coronavirus. Les infirmières et les médecins sont fatigués et confus. Le système de traitement est chaotique. Plusieurs personnes attendent aux urgences. Parfois, nous allongeons les patients à même le sol.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran a annoncé ce 7 octobre 2020, que le nombre de décès dus au coronavirus dans 450 villes dépassait 117.900. Le nombre de morts dans les provinces de Téhéran a atteint 28.091, Khorassan Razavi 8880, Ispahan 6014, Azerbaïdjan oriental 4123, Azerbaïdjan occidental 3132, Hamedan 3123, Kurdistan 2141, Hormozgan 1575, Yazd 1586, Ardabil 1381, Zanjan 1118, Qazvin 1099 et Ilam 980. La porte-parole du ministère de la Santé a estimé le nombre de victimes à 239 ces dernières 24 heures, soit le nombre le plus élevé depuis le début de l’épidémie en huit mois.

Alors que le régime clérical n’a pas apporté la moindre aide à la population et au système de santé du pays pour lutter contre le coronavirus, Rohani a une fois de plus accusé la population aujourd’hui, en disant : « Nous devons tous respecter les protocoles [sanitaires]. Personne ne peut les enfreindre (…) Partout où il y a un développement culturel et social aujourd’hui, il surmontera le coronavirus. Partout où, malheureusement, le développement culturel et social diminue, la loi et les règlements ne sont pas respectés, les règles du CNLC sont ignorées et cela crée des problèmes. »

De son côté, Mohammad Beigui, membre de la commission de la Santé du parlement des mollahs, a déclaré : « Malgré le manque de préparation de l’Education nationale, Rohani a ordonné la réouverture anticipée des écoles, et environ un mois après, une vague croissante de coronavirus balaye le pays. Les directeurs d’école ont rappelé aux députés que le ministère de l’Éducation n’a pas prévu de budget spécifique pour fournir des désinfectants et des masques à distribuer aux élèves. Les élèves n’ont pratiquement aucune protection contre le coronavirus. C’est pourquoi les responsables des écoles sont contraints de demander aux familles ou aux parents d’élèves de l’aide pour acheter des désinfectants, ou d’acheter eux-mêmes ces articles. »

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 7 octobre 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe