vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: NucléaireCraignant l’impact de la saisine du Conseil de Sécurité, le régime en...

Craignant l’impact de la saisine du Conseil de Sécurité, le régime en Iran censure les médias

ImageCNRI – A la suite de l’envoi de son dossier nucléaire au Conseil de Sécurité des Nations Unies, la théocratie au pouvoir en Iran empêche la diffusion de toute information à ce propos, ainsi que sur la nouvelle période d’isolation internationale, le changement de l’équilibre des forces en défaveur du régime et la perspective de sanctions imposées par le Conseil de Sécurité.

Les autorités ont donné de nouvelles directives de censure  aux media et à la couverture de ce point. Le Conseil suprême de sécurité national (CSSN) a ordonné aux médias de ne pas publier de nouvelles concernant  le transfert de son dossier au Conseil de Sécurité ce qui impliquerait que « tout est fini et que la république islamique a perdu ». 

Le secrétariat du CSSN a averti que toute infraction à cet interdit sera considérée comme “contraire aux intérêts de l’Etat ». Tous les membres des medias ont reçu un avertissement écrit et oral et on leur a dit que « en aucune circonstance, ils ne doivent violer cette directive, sinon ils seront limogés. »

Le CSSN a ordonné aux medias de prendre en considération les points suivants lorsqu’ils couvrent les informations du dossier nucléaire :
1- Éviter de créer de l’anxiété et de la peur dans la population,
2- Eviter d’insinuer que le régime a atteint une impasse dans ce domaine,
3- Eviter de qualifier ce point comme un échec diplomatique.

Hier, Jamshid Edalatian, vice-président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, a admis dans une interview avec l’agence de presse officielle que “si le dossier nucléaire de l’Iran au Conseil de Sécurité aboutit à des sanctions, les importations et les exportations connaîtront des difficultés et la croissance économique s’arrêtera. De nombreuses industries qui ont besoin d’équipements et de matières premières devront cesser leurs activités. Dès lors, la distribution des biens dans le pays rencontrera des problèmes. » Il a ajouté que « le pays sera dans la confusion et face à un avenir dangereux et instable tant que l’on ne saura pas s’il y aura ou non des sanctions. C’est le pire ennemi pour l’économie et cela causera le chaos et la confusion dans les investissements. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
25 février 2006

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe