mercredi, décembre 7, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafChaleur extrême, le blocus et les restrictions inhumaines imposés aux opposants iraniens au...

Chaleur extrême, le blocus et les restrictions inhumaines imposés aux opposants iraniens au camp Liberty

Appel à mettre fin au blocus inhumain imposé au camp des résistants iraniens en Irak

Le blocus et les restrictions inhumaines imposés au camp Liberty et la vague de chaleur en Irak qui est actuellement parmi les endroits les plus chauds de la planète, font subir aux habitants du camp des conditions extrêmes avec de graves conséquences.

Les groupes électrogènes usés du camp ont été conçus pour une température maximale de 40°. Or par une chaleur de 50°, leur rendement se réduit à 45%. Ces derniers jours, trois groupes électrogènes ont été endommagés et ne fonctionnent plus. Tout repose désormais sur les groupes restants, ce qui les rend encore plus sujets à des pannes.

Les radiateurs et les instruments périphériques de ces générateurs sont élimés et tombent en panne au quotidien. La réparation des groupes électrogènes nécessite des pièces de rechange que les forces irakiennes ne laissent pas entrer dans le camp. Ce qui entraîne d’autres dysfonctionnements et une grave crise de l’électricité (voir photos des générateurs en annexe).

Les différents services du camp, comme la réfrigération et le chauffage, la cuisine, la boulangerie, les entrepôts de denrées alimentaires, les pompes des eaux usés, l’éclairage et les systèmes d’approvisionnement d’eau sont tous dépendants des groupes électrogènes. La réduction de la production d’électricité conduit à des pannes dans les systèmes de refroidissement et de stockage de denrées alimentaires. Ces systèmes de refroidissement sont alimentés au gaz fréon et ont besoin de pièces de rechange. Or, les forces irakiennes empêchent l’entrée des pièces de rechange et la venue de réparateurs.

 Il y a deux jours, le seul camion de ramassage des ordures est tombé en panne et ne peut être réparé, mais les services irakiens empêchent que les déchets soient évacués par un autre véhicule, plus petit, des habitants. Les déchets s’accumulent dans le camp et risquent de créer des conditions insalubres et de propager des maladies infectieuses.

Les restrictions mentionnées ne forment qu’une partie du blocus inhumain et des violations flagrantes des normes humanitaires et des droits humains qui sévissent depuis quatre ans contre les habitants du camp à l’instigation de Fallah Fayyadh, un agent irakien inféodé à Téhéran. Ces mesures violent gravement le protocole d’accord signé entre le gouvernement irakien et les Nations Unies, ainsi que de nombreuses conventions internationales. Les auteurs de ces violations doivent être tenus responsables.

La Résistance iranienne appelle les Nations Unies et le gouvernement des Etats-Unis, qui se sont maintes fois engagés par écrit pour assurer la protection et le bien-être des habitants du camp Liberty, ainsi que l’Union européenne, à prendre des mesures urgentes pour mettre fin au siège inhumain du camp Liberty.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 8 août 2015

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe