jeudi, décembre 8, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafAutorités, parlementaires et médias du Koweït et des EAU invités à Achraf...

Autorités, parlementaires et médias du Koweït et des EAU invités à Achraf pour enquêter

Achraf sous l'attaque des forces répressives irakiennessur la désinformation propagée par les agents du régime iranien en Irak

Attaque contre Achraf – Communiqué n°80

CNRI – Le 11 août, le site officiel du ministère du Renseignement du régime iranien, le Vevak, indiquait que « Mouwaffagh al-Ruba’i a été nommé conseiller à la sécurité nationale du président irakien, et, qui plus est, une délégation internationale accompagnée par plusieurs responsables koweïtiens visitera en partie le Camp d’Achraf aujourd'hui. »

En même temps et parallèlement au Vevak, le bureau du Premier ministre irakien a publié une information fabriquée, parue dans Al-Sabah, quotidien semi-officiel, disant que « le ministère des Droits de l'Homme [irakien], en coordination avec le ministère de l'Intérieur envisage d'enquêter sur l'existence de tombes contenant des restes de Koweitiens disparus, au camp d’Achraf à [la province de] Diyala », «sur la base des déclarations d'un commandant militaire de Diyala, qui a dit, selon les premières informations obtenues au cours d'une opération militaire menée récemment au camp d’Achraf, qu’il y avait dans certaines tombes des restes de victimes koweitiennes.» 

Or, le 5 août, le ministère irakien des Affaires étrangères a démenti ces mensonges ridicules. La télévision officielle irakienne a déclaré le 7 août que «le ministère irakien des Affaires étrangères dément la découverte de restes de cadavres de Koweïtiens disparus dans le camp d’Achraf à la suite de sa prise en charge par les forces irakiennes ».

Ces mensonges sont diffusés alors que le gouvernement irakien n’autorise pas les journalistes à se rendre au camp d’Achraf. Le 29 juillet, Reporters Sans Frontières a condamné la décision des autorités irakiennes d'interdire aux journalistes d’entrer au camp d’Achraf.

Le 5 août, Reporters sans Frontières a réitéré sa condamnation « du refus du gouvernement de laisser les journalistes couvrir ses opérations dans un camp au nord-est de Bagdad, qui abrite des dissidents iraniens ».

« Il est clair, disait le communiqué, que les autorités irakiennes s'assurent qu’aucun reportage ni images n’émergent du Camp d’Achraf mais, ce faisant, elles montrent qu'elles ont quelque chose à cacher. Cette situation est inacceptable », concluait Reporters sans Frontières.

Le cimetière de Morvarid (Perle) à Achraf, actuellement occupé par les forces répressives irakiennes, n'existait pas au moment de la guerre du Koweït (2 août 1990 – 28 février 1991). A l’époque l’OMPI enterrait ses martyrs à Karbala. Le cimetière de Morvarid a été créé en mai 1991 après le changement de situation en Irak, en raison des difficultés pour se rendre à Karbala afin d’y enterrer les martyrs de l'opération défensive baptisée Opération Perle.

Afin de mieux saisir de la campagne de désinformation menée par fascisme religieux en Iran et ses mandataires en Irak, la Résistance iranienne invite les responsables, les parlementaires, les journalistes koweïtiens et les responsables de la Ligue arabe à Achraf, sans limite de nombre ni la moindre entrave, pour autant de jours que possible afin d’y d'étudier la question et d’en publier les résultats à l'attention du grand public. Les pays arabes, le Koweït et les autorités de la Ligue arabe connaissent parfaitement la machine de désinformation des mollahs au pouvoir en Iran sous la bannière de l'islam depuis trente ans. Ils ont rejeté les allégations de ce régime, notamment comme quoi l’OMPI aurait incendié les Lieux Saints de La Mecque en 1987 ou aurait caché les armes chimiques et atomiques de l’ancien gouvernement irakien dans ses bases. Ils pourraient donc ne pas sentir la nécessité de procéder à une inspection. Cependant, étant donné les circonstances, la Résistance iranienne insiste sur son invitation.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 12 août 2009

Copie à :
Le Secrétaire général de l’ONU
La MANUI
Le HCR de l’ONU
L’ambassadeur américain en Irak
Le commandant de la Force multinationale en Irak

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe