vendredi, décembre 2, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsAppel à sauver la vie du prisonnier politique Mohsen Dokmehchi

Appel à sauver la vie du prisonnier politique Mohsen Dokmehchi

CNRI – Le prisonnier politique Mohsen Dokmehchi, 50 ans, atteint d’un cancer du pancréas, se trouve dans un état critique par manque de soins médicaux. Cela fait des mois que sa maladie s’est déclarée mais les autorités pénitentiaires d’Evine ne lui accordent pas la moindre attention. Il souffre actuellement de terribles douleurs et a perdu beaucoup de poids. La semaine dernière, il a été transféré à l’hôpital Taleghani de la capitale, mains et pieds attachés au brancard alors qu’il n’avait même pas la force de bouger. Le 30 décembre, il a subi une intervention chirurgicale de cinq heures à l’hôpital Modaresse de Téhéran et se trouve actuellement en soins intensifs, sous la garde de trois pasdaran. Les médecins ont prescrit une chimiothérapie d’urgence et son transfert dans un centre de soins dûment équipé. Cependant les services de renseignement des mollahs (le Vevak) y font obstacle et s’opposent même aux visites de sa famille à l’hôpital.

Mohsen Dokmehchi est un ancien prisonnier politique des années 1980 qui a enduré l’incarcération et la torture durant des années pour sa sympathie vis-à-vis des Moudjahidine du peuple (OMPI). C’est un bazari qui jouit d’une grande réputation à Téhéran. Il a été arrêté en septembre 2009 pour avoir rendu visite à sa fille au camp d’Achraf en Irak et avoir aidé financièrement les familles de prisonniers politiques sans ressources. Il avait immédiatement été incarcéré à la section 209 d’Evine où il a subi pressions et tortures, sans le moindre accès à des soins médicaux ni un minimum d’hygiène. Cela a contribué à aggraver rapidement sa maladie.

De nombreux prisonniers politiques comme MM. Mochallah (Hamid) Haeri, atteint de graves problèmes cardiaques, Jafar Kazemi, souffrant de sciatique ou Mohammad Olia’ifard atteint d’un cancer, sont aussi privés de soins et dans un état critique.

La Résistance iranienne appelle les organes de défense des droits humains, les syndicats médicaux et l’ensemble des organes concernés à condamner les conditions tragiques des prisonniers politiques, en particulier les malades. Elle demande la formation d’une mission d’enquête internationale pour examiner la situation dans les prisons en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 31 décembre 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe