samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafAppel à sauver la prisonnière politique Zahra Jabari, parente d’Achrafiens

Appel à sauver la prisonnière politique Zahra Jabari, parente d’Achrafiens

Mme Jabari, atteinte d’une grave maladie cardiaque, a été transférée dans un hôpital psychiatrique pour patients dangereux, et se trouve dans un état critique

CNRI – Le régime inhumain des mollahs a transferé Mme Zahra Jabbari, 39 ans, prisonnière politique qui était incarcérée à Evine et qui souffre d’un  grave rhumatisme cardiaque, dans un hôpital psychiatrique réservé aux patients dangereux d’Amine Abad à Téhéran. Elle est internée dans des conditions extrêmement difficiles. Les gardes refusent même de lui remettre les vêtements achetés par sa famille. Ils cherchent à lui briser le moral.

Mme Jabbari a une fille de 4 ans. Arrêtée le 18 septembre 2009, elle a été placée sous des pressions et des tortures violentes à cause de cinq de ses parents, dont sa sœur et deux frères, qui se trouvent à Achraf. Durant la mise en scène qui lui a servi de procès, elle avait protesté contre les sévices cruels dont elle a été victime ; on lui a notamment arraché les ongles de ses doigts de pied. Cette protestation avait provoqué la colère de ses bourreaux, au point de lui bloquer l’accès à des soins médicaux pour se venger. C’est pour cette raison que son état de santé se dégrade de jour en jour et qu’elle a perdu la capacité de se déplacer depuis des mois.

Le 21 mars, elle est tombée dans le coma, frôlant la mort pour avoir reçu un mauvais médicament en prison et parce que ses gardiens la privent de soins médicaux. Elle avait finalement été hospitalisée mais renvoyée en prison peu après. Donner aux prisonniers politiques des mauvais médicaments ou des médicaments dangereux est une méthode bien connue du régime des mollahs pour les éliminer.

La Résistance iranienne appelle toutes les organisations internationales, de défense des droits humains et les instances concernées de l’ONU, comme le Haut commissariat aux droits de l’homme et le rapporteur spécial des droits de l’homme en Iran, à prendre des mesures immédiates pour mettre fin à la répression des familles d’Achrafiens et enquêter sur la situation des prisonniers politiques en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 24 juin 2011
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe