vendredi, décembre 2, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafAmputation d’un blessé d’Achraf en raison du retard apporté dans les soins

Amputation d’un blessé d’Achraf en raison du retard apporté dans les soins

CNRI – Le retard apporté dans les soins de Majid Mohammadi, 48 ans, blessé lors de l’attaque meurtrière du 8 avril des forces irakiennes contre le camp d’Achraf, a obligé les médecins à l’amputer d’une jambe. Majid Mohammadi a souffert 8 années durant sous la torture dans les prisons politiques du fascisme religieux en Iran.

Avec d’autres Moudjahidine d’Achraf, à 5h20 le 8 avril, il a été la cible des forces irakiennes qui leur ont jeté une grenade et ont tiré sur eux à une distance de 50m. Dans cette attaque, Jafar Bareji et Mohammad-Reza Yazdan-Doust ont été tués. Un grand nombre d’Achrafiens, notamment Majid Mohammadi ont aussi été blessés.

Majid Mohammadi a d’abord été touché à la cheville. Quand il a été mis dans une ambulance pour l’emmené à l’hôpital, les forces irakiennes ont mitraillé l’ambulance, et une balle l’a atteint à l’autre jambe, sectionnant l’artère et causant une hémorragie importante. En raison des obstacles posés par les forces irakiennes, avant d’arriver à l’hôpital il avait perdu  beaucoup de sang, et une de ses jambes était devenue noire à cause de la rupture de l’artère. Les médecins ont dû alors se résoudre à l’amputer.

L’attaque de l’ambulance et les obstacles posés à l’accès aux soins des blessés sont tous les deux des violations manifestes des conventions internationales et relèvent du crime contre l’humanité et du crime de guerre.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 17 avril 2011

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe