vendredi, juin 2, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLe comité de répression d'Achraf empêche pour la 2e fois deux malades...

Le comité de répression d’Achraf empêche pour la 2e fois deux malades d’être opérés d’urgence

clinique d'AchrafCNRI – Sur ordre du comité de répression d’Achraf des services du premier ministre irakien, les forces irakiennes ont accentué les obstacles posés depuis 20 mois pour empêcher les Moudjahidine d’Achraf d’avoir accès aux soins médicaux. Ces mesures criminelles sont des violations flagrantes des conventions internationales, du droit humanitaire et du droit humanitaire international et constituent un crime contre l’humanité. Les responsables sont passibles de poursuites devant les instances et la justice internationales.

Le derniers cas remonte au samedi 25 septembre quand les forces irakiennes ont annulé le déplacement de deux Achrafiens qui devaient se faire opérer des yeux à Bagdad. Or toutes les démarches et coordinations avaient été faites à l’avance par le Dr Omar Khaled Al-Tamimi, directeur irakien de la clinique d’Achraf avec l’hôpital de Bagdad et les médecins traitants et il n’existait aucun problème ni le moindre prétexte.

C’est la deuxième fois que les forces irakiennes empêchent l’intervention chirurgicale de ces deux Achrafiens alors que leur état de santé relève de l’urgence. Le 20 septembre, alors qu’ils étaient partis pour Bagdad et que le service chirurgical les attendait en salle d’opération, le commandant de l’escorte irakienne qui les accompagnait, s’est opposé à l’intervention et a ramené les malades à Achraf.

Dans une autre mesure inhumaine, le 23 septembre, les forces irakiennes ont empêché quatre patients atteints du cancer d’aller consulter un médecin spécialiste à Bagdad.

Tout en soulignant que  la responsabilité du moindre tort porté aux malades d’Achraf à cause du manque d’accès ou du retard mis dans l’accès aux soins médicaux, incombe au gouvernement irakien actuel, la Résistance iranienne appelle le Secrétaire général de l’ONU, son représentant spécial en Irak, la Haut Commissaire des droits de l’homme et les rapporteurs spéciaux sur le droit à la santé et d’autres organes internationaux concernés, à intervenir d’urgence pour annuler toutes les restrictions dans l’accès aux soins médicaux et aux hôpitaux spécialisés des Achrafiens.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 26 septembre 2010