dimanche, janvier 29, 2023
AccueilBlogLes manifestations en Iran doivent être soutenues par la communauté internationale

Les manifestations en Iran doivent être soutenues par la communauté internationale

Les manifestations en Iran doivent être soutenues par la communauté internationale

Le président du régime iranien Ebrahim Raïssi n’a fait qu’une vague allusion aux manifestations en cours en Iran lorsqu’il s’est adressé à l’Assemblée générale des Nations Unies la semaine dernière. Il l’a fait dans le seul but de dénigrer ses adversaires occidentaux. Ces remarques sont intervenues quelques jours seulement après une interview avec CBS News dans laquelle Raïssi a suggéré que des enquêtes étaient nécessaires pour déterminer si l’Holocauste s’est produit ou non. Cela vous en dit long sur la valeur des enquêtes sur le régime théocratique iranien.

En réalité, il n’y a plus rien à enquêter sur l’incident qui a déclenché les protestations en cours. La semaine dernière, la soi-disant police de la moralité iranienne a violemment arrêté une jeune femme nommée Mahsa Amini parce qu’elle portait prétendument son voile obligatoire trop lâche. Peu de temps après l’arrestation, elle a été transportée à l’hôpital et elle est tombée dans le coma et a décédé. Les autorités ont tenté d’empêcher sa famille de voir le corps et les ont exhortées à l’enterrer dans l’obscurité. Mais des témoins oculaires l’ont vue être physiquement battue dans la camionnette qui la transportait pour être « éduquée », après quoi ses codétenues ont été entendus crier : « Ils ont tué quelqu’un ! »

Aussi choquants que soient ces rapports, il est encore plus choquant qu’Ebrahim Raïssi ait non seulement été autorisé à s’adresser à l’Assemblée générale des Nations Unies cinq jours seulement après la mort d’Amini, mais qu’il ait bénéficié de l’attention des autres participants. Les délégués ont fait preuve d’ignorance ou de mépris de la culpabilité de Raïssi pour le meurtre très médiatisé, ainsi que de son illégitimité aux yeux de la grande majorité des Iraniens. Mais étant donné que les médias internationaux ont largement couvert les manifestations considérées comme les plus féroces et les plus répandues depuis celles déclenchées par les pénuries d’eau l’année dernière, l’ignorance est peu probable.

De nombreux participants aux manifestations de cette semaine ont été entendus scander « mort à Raïssi » ainsi que « mort au dictateur », ce dernier slogan faisant référence au guide suprême du régime, Ali Khamenei, qui a désigné Raïssi pour prendre la présidence. Les deux slogans reflètent que la mort d’Amini est la conséquence de la réaffirmation par le régime de son idéologie violente contre la nouvelle administration. Les femmes iraniennes ont été particulièrement touchées par ces efforts et un incident comme la semaine dernière était inévitable après le déploiement importants de la police de la moralité pour appliquer violemment les lois pour le voile forcé.

Le Conseil national de la Résistance iranienne n’a pas tardé à avertir que la choix de Raïssi par le chef suprême était un précurseur certain d’une recrudescence des exécutions, de l’expansion des restrictions sur les droits des femmes et de la croissance globale des activités malveillantes familières du régime des mollahs. Le CNRI a fait pression sans relâche pour que l’ONU retire l’invitation de Raïssi à l’Assemblée générale et pour que les États-Unis lui refusent le visa dont il avait besoin pour se rendre à New York. Mais ces efforts sont largement tombés dans l’oreille du sourd et, par conséquent, la communauté internationale s’est placée dans la position délicate d’accorder une audience au président du régime iranien au moment même où des milliers d’Iraniens réclamaient son éviction et des poursuites.

La prise de conscience de ces meurtres aurait certainement dû inciter l’ONU et les principaux États membres à désinviter Raïssi ou du moins à l’isoler à l’Assemblée générale. Au lieu de cela, ils ont accordé une légitimité indue au responsable dont la candidature présidentielle incontestée a conduit l’écrasante majorité des Iraniens à boycotter la fausse élection du pays l’année dernière. Ce boycott était un précurseur clair de nouvelles manifestations et soulèvements, en particulier à la lumière du rôle de premier plan joué par les «unités de résistance» affiliées au principal groupe constituant du CNRI, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran – le groupe que Khamenei lui-même a reconnu comme une force motrice à l’origine du soulèvement national historique de janvier 2018.

Si la communauté internationale est capable d’ignorer efficacement l’implication antérieure de Raïssi dans des milliers de meurtres, il est difficile d’imaginer qu’un seul de plus ferait la différence. Mais la mort de Mahsa Amini a allumé un feu qui s’étend sur une grande partie de la société iranienne et il est maintenant a déclenché un soulèvement encore plus important par lequel le peuple iranien fait pression pour un changement de régime et l’établissement d’une république libre, laïque et démocratique.

Toutes les nations démocratiques devraient se résoudre à soutenir cette poussée, qui est inséparable du mouvement visant à obtenir justice pour Mme Amini et d’innombrables autres victimes du régime des mollahs. Ces nations doivent également comprendre qu’elles ne peuvent pas faire cela tout en traitant Raïssi comme un président légitime, encore moins en le légitimant sur la scène internationale et en lui offrant un public pour ces mensonges. Dans le contexte des protestations en cours à l’intérieur de l’Iran, la communauté internationale doit enfin se résoudre à se ranger du côté du peuple iranien contre l’ensemble du régime iranien.

Alejo Vidal-Quadras
Alejo Vidal-Quadras, a été vice-président du Parlement européen de 1999 à 2014. Il est actuellement président du Comité international en quête de justice (ISJ) basé à Bruxelles.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe